Toutes les émissions

La minute conso

Il est souvent difficile de savoir d'où viennent les olives
Il est souvent difficile de savoir d'où viennent les olives © Radio France - Aurélie Lagain

Presque une huile d'olive sur deux n'est pas conforme à la réglementation

Diffusion du mardi 25 septembre 2018 Durée : 2min

La qualité n'est pas toujours au rendez-vous pour les huiles d'olive. Dans la dernière enquête exhaustive de la Direction de la consommation et de la répression des fraudes, un échantillon sur deux n'était pas conforme

Ce n'est pas la première fois que le secteur de l'huile d'olive se fait épingler. Depuis des années, le taux de non conformité est d'au moins 40 %. C'est d'ailleurs pour cela qu'il est surveillé de près par la répression des fraudes. Cette fois-ci presque la moitié des échantillons analysés n'étaient pas conformes. En France et dans tous les pays d'Europe. Il faut savoir que les Français ne sont pas de gros consommateurs d'huile d'olive. Ils en consomment moins de deux kilos par an et par personne. On est donc très loin des 13 kilos consommés par les Grecs.    

Quel genre de tromperie sur la marchandise ? 

Cela va de la tromperie sur l’origine des olives, au défaut d’étiquetage, en passant par le non-respect des mentions obligatoires, ou l'utilisation de labels frauduleux ... la liste est longue. Par exemple l'Italie exporte deux fois plus d'huile d'olive qu'elle n'en produit. Et les étiquettes ne précisent pas toujours le fait que la bouteille contient un mélange d'huile. Ce qui est tout bénéfice pour le fabricant, l'huile italienne se vendant nettement plus cher que celles qui sont importées pour faire les mélanges. D'ailleurs il est souvent difficile de savoir d'où viennent les olives. On trouve juste Union européenne ou hors UE en toutes petites lettres.... Avec dans certains cas, une image de la Provence sur le devant de l'étiquette pour faire illusion. Ces huiles-là sont d'ailleurs celles qui sont les moins conformes à la réglementation. Autre tromperie classique une huile ordinaire sera classée comme huile supérieure sans en avoir les qualités. Mais il y a aussi les mentions qui n'ont aucune valeur juridique comme Première pression à froid, goût corsé ou à l'ancienne ou encore récolte manuelle.    

Comment choisir alors ?  

L'huile de la meilleure qualité c'est l'huile vierge extra qui est le résultat d'une première pression à froid sans traitement chimique. On peut aussi vérifier si l'étiquette précise l'origine des olives ou l'appellation d'origine protégée s'il y en a une.  L'huile d'olive bio d'un grand distributeur indique que les olives viennent du bassin méditerranéen, ce qui laisse beaucoup de souplesse pour l'approvisionnement. Souvent les huiles de très bonne qualité indiquent la date de récolte des olives, une donnée importante puisque l'huile se modifie au cours du temps. Mais pour une huile d'olive de très bonne qualité, il faut compter entre 18 et 25 euros le litre, minimum, voire beaucoup plus. Un prix nettement plus élevé que ce qu'on trouve dans la grande distribution. Enfin c'est sur internet qu'on a le plus grand risque de trouver des produits non conformes.

Dominique Esway