Toutes les émissions

La minute conso

Trois rappels successifs de reblochon, venant d'une seule laiterie
Trois rappels successifs de reblochon, venant d'une seule laiterie © Maxppp - Christian Watier

Troisième rappel pour le reblochon

Diffusion du mardi 5 juin 2018 Durée : 2min

Crise à répétition ou simple précaution ? Pour la troisième fois en quelques jours, on demande aux clients de rapporter des fromages de la laiterie Chabert

Et ces rappels à répétition pour des produits sortis de la même laiterie, cela commence à ressembler au scandale des boîtes de lait pour bébé de Lactalis. Première alerte le 11 mai dernier. Le ministère de la Santé confirme que 7 enfants ont été infectés par la bactérie Escherichia coli venant de reblochon achetés chez Leclerc. Le distributeur décide alors de retirer de la vente tous les reblochons au lait cru commercialisés sous la marque Nos régions ont du talent et fabriqués depuis le 21 janvier. Et il organise le rappel de ceux qui ont déjà été vendus avec des petits affiches dans les points de vente. A titre préventif dit-on, en attendant les résultats des analyses.  

Mais trois jours plus tard, nouvelle alerte  

Les pouvoirs publics et la laiterie Chabert décident de retirer de la vente tous les reblochons entiers au lait cru qui sortent du site savoyard de Cruseilles. Parce que comme on aurait pu s'en douter, ces fromages ne sont pas vendus uniquement chez Leclerc. Ils sont aussi commercialisés par Intermarché sous la marque Itinéraire des saveurs, par Carrefour sous la marque Reflets de France et par Lidl sous la marque Saveurs de nos régions. Et aussi bien sûr ceux qui sont vendus sous la marque Chabert. Les enseignes demandent aussi aux clients de rapporter ceux qu'ils auraient acheté et pas encore consommé. Là encore il s'agit d'une simple précaution. Mais il y a trois jours, le rappel est étendu à l'autres produits qui sortent du même site, les demi-reblochons et le fromage le Tartiflard, eux aussi suspectés d'être contaminés. En tout ce site a produit 329 tonnes de fromage depuis janvier.   

La difficulté c'est d'informer les consommateurs  

Il n'est pas sûr que vous vous rendiez sur les sites internet des ministères de l'agriculture ou de la santé pour trouver l'information. Les sites des enseignes ne sont pas beaucoup plus clairs. Deux exemples : sur le site de Leclerc, on trouve le rappel à la page du produit. Mais sur celui de Carrefour, vous trouverez l'image du reblochon. On vous indique qu'il n'est pas disponible sans vous préciser qu'il fait l'objet d'un rappel. Pas sûr non plus que vous vous alliez dans le rayon concerné pour lire les affichettes. Ni que vous vous arrêtiez à l'accueil pour lire l'information sur un panneau ou dans un classeur. Heureusement il y a la radio pour vous prévenir. Mais il existe aussi une application et un site internet Oulah qui recense tous les rappels de produits. I lance 70 alertes par mois. 

Dominique Esway