Émissions Toutes les émissions

Un nouveau comparateur bancaire

La minute conso du mardi 19 janvier 2016

Le gouvernement va lancer un comparateur de frais bancaires. Pour que les consommateurs puissent choisir en connaissance de cause

Un nouveau comparateur bancaire

 Voilà des mois que le ministère des finances planche sur le sujet. Il veut vérifier que les banques n'ont pas la main trop lourde. Par exemple en faisant payer des frais pour la tenue de compte et en facturant en même temps toutes les opérations courantes. Si elles font payer les deux, ça fait beaucoup selon le ministre de l'Economie. Le comparateur sera accessible sur internet à partir du premier février prochain.

Qu'est-ce qu'il va comparer exactement ?

C'est là que le bât blesse. On pourra vérifier les onze tarifs de base des banques. Mais si vous avez signé une convention, c'est à dire que la banque vous facture un forfait pour un ensemble de prestations, vous ne pourrez pas comparer votre forfait à ceux pratiqués par les autres établissements. Reste qu'on saura combien coûtent les services essentiels. Le gouvernement en profite d'ailleurs pour demander qu'ils soient définis clairement pour que tout le monde sache de quoi on parle. Alors premier type de frais : les frais de gestion de compte. De plus en plus de banques les font payer. Depuis janvier, 13 banques sont ainsi passées du gratuit au payant. C'est notamment le cas de Bnpparibas, du Crédit mutuel et de la Société générale qui vont faire payer entre 24 et 30 euros par an pour le même service que l'an dernier. Sur presque 120 banques en France, il n'y en a plus que 16 chez qui la gestion de compte est gratuite.

Le gouvernement va-t-il aussi punir les excès ?

Non, quand même pas. L'idée c'est qu'en comparant les tarifs, nous les consommateurs, nous aurons envie de changer de banque. Ce qui fera réfléchir les établissements. Globalement selon l'UFC Que Choisir, les frais bancaires ont augmenté de 32 % en trois ans. Une loi a été votée en août dernier justement pour faciliter le changement de banques et le rendre automatique. C'est la nouvelle banque qui fera elle-même les changements de domiciliation pour vos prélèvements par exemple. Mais cette loi n'entre en vigueur qu'en février 2017. Aujourd'hui c'est tellement compliqué que 3 % seulement des consommateurs changent de banque chaque année.

Dominique Esway

Partager sur :