Toutes les émissions

La minute conso

Nouveau départ pour William Saurin
Nouveau départ pour William Saurin © Maxppp - Bruno Levesque

Un nouveau départ pour William Saurin

Diffusion du lundi 9 octobre 2017 Durée : 2min

William Saurin a trouvé un repreneur, le groupe Cofigéo. Ce qui solde la crise de la société financière Turenne Lafayette et de ses comptes truqués. L'occasion pour la Minute conso de raconter la saga de William Saurin

C'est une des marques les plus connues en France. L'entreprise a été fondée en 1898 par Emmanuel Adolphe William Saurin. Il ouvre une épicerie à Saint Mandé en banlieue de Paris. Et c'est après la première guerre mondiale qu'il se met à fabriquer des plats cuisinés qui sont emballés dans des boîtes de conserve. Il créé la marque à son nom en 1907. En 1926, il inaugure sa première usine à Lagny-sur-Marne, en région parisienne. William Saurin meurt en 1937 et c'est son fils Vincent qui reprend la maison

Il reste le patron jusqu'en 1979

C'est l'année où Vincent Saurin revend l'entreprise au groupe Lesieur. Et là commence la valse des rachats. Pour échapper à un rachat par un groupe italien en 1986, Lesieur s'associe au sucrier Saint Louis. En 1994, Saint Louis rapproche ses activités dans l'agroalimentaire avec celles de Danone qui contrôle Panzani PetitJean et Garbit. Saint Louis se désengage en 1995 et Danone reste seul maître à bord. Et il revend cette branche deux ans plus tard à un fond d'investissement Paribas Affaires industrielles. Et quatre ans plus tard, nouveau changement de propriétaire. William Saurin est rachetée par la Financière Turenne Lafayette détenue par Monique Pifault.

Jusqu'à sa mort à la fin de l'année dernière

C'est là que le scandale éclate. On découvre que depuis des années, les comptes ont été truqués. Un scandale à 350 millions d'euros qui menace directement les 3200 emplois des 21 usines en France. L'Etat débloque en urgence un plan de sauvetage pour éviter que l'ensemble ne s'écroule. Les activités sont cédées une par une. Le pôle charcuterie qui comprend Madrange et Paul Prédault, et les saucissons Montagne noire est repris en location gérance par la coopérative bretonne Cooperl. William Saurin est lui repris par le groupe Cofigéo associé à la coopérative Aterris qui contrôlait déjà Zapetti et Raynal et Roquelaure.

Dominique Esway