Toutes les émissions

La minute conso

Apple poursuivi pour avoir ralenti les batteries des anciens appareils pour accélérer les ventes des derniers modèles
Apple poursuivi pour avoir ralenti les batteries des anciens appareils pour accélérer les ventes des derniers modèles © Maxppp - Jean-Luc Flémal

Une deuxième enquête de la justice pour obsolescence programmée

Diffusion du mercredi 10 janvier 2018 Durée : 2min

La lutte contre l'obsolescence programmée prend un nouveau tour avec l'ouverture d'une enquête contre Apple

L'enquête a été confiée par le parquet de Paris à la direction de la consommation et de la répression des fraudes, à la suite d'une plainte déposée par l'association Halte à l'obsolescence programmée. La justice française soupçonne le fabricant américain d'avoir volontairement ralenti les batteries des anciens téléphones au moment où il mettait sur le marché un nouveau modèle. Un ralentissement déclenché par la mise à jour. 3000 clients d'Apple ont déjà témoigné auprès de l'association sur le ralentissement de leurs appareils. Et on peut encore se manifester sur son site pour enregistrer ses récriminations et valoir ses droits.  

Cette plainte n'est pas une première  

Non effectivement. L'obsolescence programmée est sanctionnée en France depuis le vote d'une loi votée en août 2015. Plusieurs fabricants d'imprimantes font l'objet d'une plainte pour ce motif depuis fin novembre. La justice a ouvert une enquête fin novembre contre Epson. Officiellement, si les fabricants sont convaincus d'avoir organisé la fin de vie prématurée de leurs produits, ils risquent deux ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende. Mais cela peut aller jusqu'à 5 % de leur chiffre d'affaires, en théorie.    

D'autres secteurs sont-ils soupçonnés ?  

L'association a plusieurs fers au feu. Premier secteur celui des collants, un marché qui pose "un vrai problème" selon l'association. Non seulement les collants filent très vite mais en plus ils ne sont pas réparables et viennent donc augmenter notre pile de déchets. Or les collants représentent un budget moyen de plus de 200 euros par an.... L'association s'interroge aussi sur les plaquettes de frein qui pourraient durer nettement plus longtemps. Sur certains modèles de voiture, un voyant vous prévient qu'il faut changer les plaquettes. Toujours beaucoup trop tôt constate l'association. Et puis des pièces de tondeuses à gazon suscitent sa curiosité. Elle se demande pourquoi les pièces qui sont situées entre le moteur et la pale et qui sont souvent invisibles à l’œil nu sont en plastique alors que toutes les autres sont en métal. De là à soupçonner quelques économies au moment de la fabrication et l'accélération des pannes, il n'y a qu'un pas que l'association pourrait franchir.

Dominique Esway