Toutes les émissions

La minute conso

Seuls les colis livrés à domicile seraient taxés
Seuls les colis livrés à domicile seraient taxés © Maxppp - Jean-Michel Mart

Vers une taxe sur les colis commandés sur internet ?

Diffusion du mardi 6 novembre 2018 Durée : 2min

L'envoi de colis commandés sur internet sera peut-être bientôt taxé. En tout cas, plusieurs députés ont déposé un amendement en ce sens qui reprend une idée de l'association des Maires de France

L'idée c'est de faire payer une taxe de un euro sur tous les colis commandés sur internet et livrés à domicile. Et uniquement ceux-là. Les colis qui sont livrés dans des points relais ou dans des bureaux de Poste en seraient exonérés. Cette mesure a deux objectifs :  d'abord il faut il faut pénaliser les dégâts environnementaux que provoque la multiplication des livraisons à domicile. Deuxième motif : il s'agit corriger l'inégalité fiscale qui existe entre le e-commerce et les commerces physiques. Ces derniers payent la taxe foncière alors que les sites de commerce sur internet n'y sont bien sûr pas assujettis.   

A quoi servirait-elle ?

A rééquilibrer un peu la concurrence entre les deux formes de commerce qui ne luttent pas à armes égales. Les sommes récoltées  pourraient financer une baisse de la taxe foncière sur les petits commerces, ceux qui font moins de 400 mètres carrés. Ils espèrent ainsi venir au secours du commerce de centre ville. Le taux de magasins vides est passé de un peu plus de 6 % en 2001 à plus de 11 % l'an dernier...   

Des arguments balayés par les professionnels  

Premier contre argument le e commerce ne pollue pas au contraire. Une tournée bien organisée est plus écologique que 60 consommateurs qui vont chacun dans leur voiture chercher leur colis en centre ville... En taxant les livraisons de colis, on pénalise donc ceux qui vivent en périphérie et qui n'ont pas les moyens d'habiter en centre-ville. A choisir, et compte tenu de la difficulté à se garer dans les centres et du coût du stationnement, les consommateurs préféreront sans doute faire leurs courses dans les centres commerciaux. Au moins pour trouver les marques qu'ils se font livrer. Cette taxe risque aussi de pénaliser les petites et moyennes entreprises qui vendent sur internet selon la fédération de la vente à distance même s'il est prévu de ne taxer que celles qui font plus de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires. Et surtout, la fédération a du mal à croire que les géants du e commerce et notamment les étrangers payeront leur écot rubis sur l'ongle. Et on voit mal le percepteur courir après les grands sites chinois comme AliExpress ou Wish par exemple...   

Dominique Esway