Replay du lundi 22 février 2021

Campagne de dépistage à Saint-Étienne : de nouveaux tests salivaires élaborés par l'entreprise BioSpeedia

- Mis à jour le

Une nouvelle campagne de dépistage commence aujourd'hui à Saint-Étienne. Les habitants vont pouvoir se faire dépister au Covid-19 et cette fois, ça ne fera pas mal. Plus de coton tige dans le nez, désormais le test est salivaire, et il a été développé par l'entreprise stéphanoise BioSpeedia.

Les nouveaux tests salivaires de BioSpeedia.
Les nouveaux tests salivaires de BioSpeedia. - BioSpeedia.

A Saint-Étienne, la mairie, la préfecture de la Loire et l'Agence régionale de santé espèrent avoir d'ici quelques jours une nouvelle cartographie de l'épidémie dans la ville. Une deuxième campagne de dépistage est organisée à partir d'aujourd'hui, après celle de mi-janvier. Mais cette fois, les tests de dépistage seront des tests salivaires. Il n'y aura donc plus d'écouvillon désagréable dans le nez.

"C'est une innovation clef pour voir la lumière au bout du tunnel", explique Julien Tizot, directeur général de BioSpeedia. "Il s'agit d'un double prélèvement, réalisé par un professionnel de santé. D'abord avec de la salive dans un réceptacle et avec une pipette, on le met dans un tube à essai. Et puis ensuite un prélèvement nasal, avec un écouvillon au début du nez."

Un test qui répond à tous les besoins

Julien Tizot le reconnaît, les tests antigéniques avaient été élaborés dans l'urgence de la crise sanitaire. "Mais il y avait des limites avec le test naso-pharyngé. On entendait que ce test était douloureux, ce qui explique que certaines personnes ne se faisaient pas dépister. Ce nouveau test répond à tous les besoins, il peut être fait rapidement, même en auto-test, avec un résultat fiable."

BioSpeedia, qui en plus de son usine de production en Malaisie, travaille aujourd'hui avec l'entreprise Delpharm, dont l'un des sites de production se trouve à Lyon. La crise sanitaire en tout cas a boosté le chiffre d'affaires de BioSpeedia, "plusieurs dizaines de millions d'euros en 2021" selon le directeur général.

Mots clés: