Replay du lundi 19 avril 2021

Martine Michel, présidente de l'Union Nationale des entreprises de coiffure dans l'Yonne

- Mis à jour le

Les salons de coiffure sont confrontés à des difficultés malgré leur ouverture durant ce confinement. Les clients se font rares. La présidente de l'Union National des Entreprises de Coiffure dans l'Yonne demande le maintien du fond de solidarité pour les coiffeurs.

les salons de coiffure confrontés à des difficultés malgré leur ouverture
les salons de coiffure confrontés à des difficultés malgré leur ouverture © Maxppp - photo d'illustration

Quelle est la situation dans l'Yonne ?

On constate une forte baisse de fréquentation . Dans le département, le secteur de la coiffure estime son chiffre d'affaires en baisse de 30% à 40%, depuis le début de ce troisième confinement. Je rappelle à tous les coiffeurs de l’Yonne que nous pouvons les accompagner.

Face à cette réduction de chiffre d'affaire, qu'attendez-vous du gouvernement ?

Il faut que le gouvernement maintienne le fond de solidarité pour que les coiffeurs en difficulté puissent en bénéficier.

Comment expliquer que les clients se rendent moins dans les salons malgré leur ouverture ?

Il y a déjà cette attestation. Pour ma part, elle est incompréhensible. Nous avons énormément d'appels la concernant. Les coiffeurs veulent pouvoir répondre à leurs clientes pour qu'elles puissent se déplacer. 

(Vous pouvez venir sans attestation, si le salon est à moins de 10 kilomètres de votre domicile.  Si votre salon est à plus de 10 kilomètres de chez vous, il faut vous munir d'une attestation de déplacement et cocher la case "achats, prestation et service".)

J'ai l'impression que les clients accordent mois d'attention à leur cheveux. On va chez le coiffeur pour des événements, hors les mariages sont annulés, les restaurants sont fermés et le télétravail n'incite pas non plus à se rendre chez le coiffeur. 

Pour les salons qui ont des employés, est-ce que l'organisation du travail prend en compte cette réduction d'activité ?

Oui,  pour certains salons il y a la mise en place du chômage partiel. Il faut aussi préciser que le couvre feu à 18h n'était pas facile non plus à gérer. Maintenant il est à 19h, c'est un  peu plus facile . Nous sommes restés ouverts mais à quel prix ? 

Mots clés: