Replay du lundi 28 décembre 2020

La nouvelle éco : les cafés Bibal se mettent aux distributeurs de gel et de masque

Chaque jour, France Bleu Hérault s'intéresse à la reprise économique dans le département . Ce matin rencontre avec le directeur de l'entreprise Bibal, basée à Saint-Aunès. Spécialisée dans la torréfaction et la distribution, elle s'est mise aux distributeurs de gel.

Des distributeurs de masques et de gels ont été installés dans des entreprises par le groupe Bibal, spécialisé dans le café
Des distributeurs de masques et de gels ont été installés dans des entreprises par le groupe Bibal, spécialisé dans le café - Cafés Bibal

Comme beaucoup d'entreprises, le groupe Bibal, basé à Saint-Aunès, a diversifié ses activités face à la crise sanitaire. L'entreprise de torréfaction et de distribution de café propose désormais aux entreprises une nouvelle version de ses distributeurs automatiques pour permettre aux salariés d'obtenir masques et gels hydroalcooliques. Thomas Bertrand, son directeur, s'est inspiré de ses distributeurs de café.

Vous étiez habitué au thé, au café. Pourquoi s'être mis à la vente de gel ?

On s'est rendus compte assez rapidement qu'il y avait une vraie problématique dans les entreprises pour la distribution de matériel de protection type gels hydroalcooliques et masques, puisqu'ils devaient dédier une personne à cette distribution, passer du temps, s'assurer que tout le monde en a bien eu la quantité suffisante. Avec notre expérience dans les distributeurs automatiques, l'entreprise décide, dit le nombre de masques auquel doit avoir accès chaque salarié par semaine. Nous, avec la technologie qu'on maîtrisait déjà puisque c'est la même technologie que dans les distributeurs automatiques, on arrive à identifier chacun des utilisateurs et à leur délivrer la quantité demandée par l'entreprise. 

Ce dispositif pourrait être commercialisé pour le grand public ?

La vente grand public, on a fait quelques essais, la particularité, c'est que dans la plupart des lieux publics, vous avez des masques qui sont distribués aujourd'hui. Donc le besoin est beaucoup moins présent pour le moment, sur cet aspect-là. Maintenant, c'est quand même quelque chose qu'on étudie, on est encore dans une situation d'incertitude. Il y a des choses qu'on sait. Il y a des usages qui vont certainement évoluer dans l'avenir. Donc, si demain la demande continue, on s'adaptera. 

Cette activité qui s'est développée chez vous, elle s'est faite au détriment du café ?

L'activité sur le café a été réduite de manière mathématique puisqu'il y avait moins de gens qui étaient présents dans les entreprises, dans les lieux de travail, dans les cafés. Avec le télétravail et la fermeture des écoles et des universités, vous avez beaucoup plus de gens qui sont restés chez eux. Donc nos secteurs d'activités hors foyer ont mécaniquement diminué. Et à côté de ça, il y a un nouveau besoin qui a été créé, un besoin de distribution et d'utiliser des machines déjà existantes pour faire cette distribution qui a augmenté. On s'est rendu compte qu'il fallait qu'on investisse de manière beaucoup plus importante dans nos activités foyers, c'est à dire la vente directe aux particuliers par le biais des grandes surfaces ou des points de vente directe. Des mouvements qu'on avait déjà amorcés avant la crise. Mais la crise a acté une nouvelle situation qui nous a poussés à accélérer ce développement. 

Tous les matins, à 7h15, France Bleu Hérault analyse les conditions de reprise d'activité au plus proche des réalités de ceux qui se relèvent. Artisans, commerçants, entrepreneurs témoignent du lundi au vendredi. "Ici, on parle d'ici."

Mots clés: