Replay du mercredi 23 juin 2021

La nouvelle éco : Éocène, une entreprise montpelliéraine précurseur dans la construction écoresponsable

En juin 2021, l'entreprise montpelliéraine Éocène a commercialisé son premier projet : la construction innovante de 17 maisons, qui seront installées à Clapiers (Hérault), et qui répondront à la nouvelle Réglementation européenne. Une chronique en partenariat avec ToulÉco Montpellier.

Tristan Sechaud et Morgan Chabalier sont les cofondateurs d'Éocène
Tristan Sechaud et Morgan Chabalier sont les cofondateurs d'Éocène - Mario Sinistaj

Morgan Chabalier et Tristan Sechaud ont fondé Éocène, une société de promotion immobilière, à Montpellier, en juin 2018. Trois ans plus tard, ils commercialisent leur premier projet : celui de construire un ensemble de maisons qui seront installées à Clapiers, dans le quartier Castelet. Ces logements répondront à la nouvelle Réglementation européenne, qui entrera en vigueur en 2022. Ce texte vise à réduire l'impact carbone de la construction et du fonctionnement des bâtiments neufs. Selon les cofondateurs, leurs maisons seront les premières de la Métropole montpelliéraine à répondre à ces nouvelles normes.

Des maisons peu énergivores

Éocène va réaliser 17 maisons. "Ce sont des villas type T4 ou T5, détaille Morgan Chabalier, l'un des cofondateurs. C'est-à-dire qu'elles feront entre 90 et 140 m². Elles auront un garage ou un parking et seront équipées d'un jardin. Il y aura des volets électriques roulants, des grandes baies vitrées, du carrelage et du parquet dans les chambres, pour que les maisons soient les plus confortables possibles." Les associés promettent que ces maisons produiront plus d'énergie qu'elle n'en consommeront. "Nos maisons sont très bien isolées, indique Morgan Chabalier. Et puis surtout, il y aura des panneaux photovoltaïques sur le toit, qui permettront de fournir de l'énergie à la maison et à la voiture électrique, car les villas seront équipées en adapteur pour les voitures électriques."

Les deux entrepreneurs ont choisi d'utiliser des matériaux bio-sourcés et les plus locaux possible. "L'ossature est en bois, explique-t-il, avec du bois qui vient des Cévennes, de forêts certifiées. On va avoir de la laine de bois pour l'isolation, fabriquée en France. Plus de 80% de nos matières premières sont françaises. Le reste vient de l'Union Européenne."

La construction des maisons est attribuée à Panomur, une autre entreprise qu'a fondée Morgan Chabalier, et qui est basée à Saint-Georges-d'Orques. Ainsi, 80% de la fabrication va se dérouler en usine, à une centaine de kilomètres d'ici, dans les Bouches-du-Rhône. "En fait, on va complètement monter les façades là-bas, où tous les outils sont à disposition, avec tous les composants nécessaires, détaille Morgan Chabalier : l'électricité, la plomberie, le placo...  Ensuite, les façades seront acheminées, par camion, jusqu'au lieu de construction. Et il ne restera plus qu'à assembler, en trois dimensions, sur une plateforme en béton."

Avec cette méthode, les deux professionnels souhaitent réduire leur empreinte carbone. "Il n'y aura pas de déchets sur les chantiers, poursuit Morgan Chabalier. Il y aura moins d'allers-retours. Un camion correspond à une maison." Cette technique permet aussi de gagner en rapidité. "La durée du chantier est divisée par trois", précise-t-il. La construction devrait commencer en janvier 2022, pour une livraison au mois de juin.

Après Clapiers, les deux entrepreneurs comptent bien mener d'autres projets dans l'Hérault, voire en France. "L'avantage avec notre façon de travailler, c'est que c'est facilement duplicable", conclut Morgan Chabalier.

Mots clés: