Replay du lundi 25 janvier 2021

La Nouvelle éco : la salon du vin Millésime Bio 2021 en 100 % digital à Montpellier

Le salon du vin Millésime Bio s'ouvre ce lundi mais en version virtuelle. 1 000 exposants se sont inscrits à cette version inédite. L'objectif est de maintenir des ventes malgré la crise sanitaire.

La relance éco
La relance éco © Radio France

C'est un événement majeur dans le monde du vin, qui aurait du se tenir à Montpellier : le salon Millésime bio s'ouvre ce lundi et jusqu'à mercredi en mode 100% digital ! Pas de dégustation donc mais une déambulation virtuelle dans les allées de la plus grande cave du monde. 

C'est un salon qui s'adresse aux professionnels uniquement. Le format est inédit évidemment mais il permet au salon d'avoir lieu malgré la crise sanitaire. Tous les autres événements de ce type ont été annulés. 1.000 exposants se sont inscrits cette année (contre 1.300 pour la précédente édition).

Le concept n'a pas rebuté la profession. Une filière qui traverse une période très difficile, mais le bio résiste peut être un peu mieux. 

Jeanne Fabre, la présidente du Salon, vigneronne dans les Corbières était l'invité de France Bleu Hérault ce lundi matin

On fait défiler les stands comme si on déambulait dans les allées du salon

On a du mal à imaginer un salon à distance, c'est une première. Comment peut-on imaginer un salon du digital donc sans dégustation ? 

Alors, c'est très simple. On l'a imaginé sur le modèle du salon physique qui fonctionnait plutôt bien. Donc, quand les exposants se connectent sur la plateforme digitale, ils installent leurs stands comme ils le feraient habituellement, en décrivant de manière précise leurs cuvées, leur domaine ainsi que les valeurs qu'ils veulent revendiquer. Et côté visiteurs, on se connecte un peu comme on badge à l'entrée d'un salon, et on peut accéder au salon de deux manières différentes. Soit on fait défiler les stands de manière aléatoire, comme on pouvait se promener au gré des allées. Soit on fait une recherche avec plusieurs filtres en entonnoir pour avoir accès à tel cépage AOC précis que l'on recherche.  On a un salon destiné aux professionnels uniquement et les acheteurs ont souvent une idée précise de ce qui leur manque en rayon. C'est un salon qui se prépare en amont avec des prises de rendez vous. 

La dégustation sera le grand absent de la fête 

Ça devient quasiment une plate forme de rencontres entre professionnels avec cet aspect digital ?

Tout à fait. D'autant plus que l'on ne vous cache pas que la dégustation sera le grand absent de la fête. Ça ne peut pas se digitaliser à nos jours, pas encore !  Et c'est tant mieux parce que on aimerait pas faire l'économie de tout échange physique. Donc, ce salon digital est l'occasion d'un premier contact entre les exposants et les potentiels clients et qui sera, on l'espère, prolongé par des envois d'échantillons et de nombreux achats de vin. Cette année, tous les salons ont été annulés ou reportés, sauf le nôtre. Notre avantage, c'est que à défaut d'avoir une boule de cristal, on est une association de vignerons qui organise le salon pour les vignerons; Donc on sait à peu près à quoi ils sont prêts. Et en effet, le fait que les vignerons aient accepté de jouer ces règles du jeu pour le moins inhabituelles n'est pas une surprise dans la mesure où il y a un besoin de la profession de mettre en marché ses vins. 

Pour les viticulteurs qui travaillent avec la restauration, c'est la catastrophe

Oui on l'imagine le contexte est difficile, comment le Bio s'en sort-il dans ce contexte ?

On a un peu de recul par rapport au premier confinement et on voit que les gens stressés par cette situation sanitaire se replient vers la production locale et bio qui leur paraît plus respectueuse de leur corps et de leur environnement. Cependant, l'ensemble de la filière souffre, notamment en fonction de leur circuit de distribution. Un vigneron bio ou pas, si l'ensemble de ses clients est du milieu de la restauration, c'est la catastrophe. Si il vend plutôt à la grande distribution, ils se portent bien. Donc c'est vraiment du cas par cas. Il y a beaucoup de vignerons indépendants de taille moyenne petite, qui vivent des salons de vignerons indépendants et qui, cette année, n'ont pu présenter leurs vins à personne. Donc, c'est vraiment le moment pour eux d'écouler leur production.

Mots clés: