Replay du mercredi 12 mai 2021

La Nouvelle éco : la start-up montpelliéraine Beoga lance une communauté énergétique

En mars 2021, la start-up montpelliéraine Beoga a lancé une expérimentation : elle a créé une communauté énergétique dans le Gard. L'objectif est de faire vivre quelques foyers avec de l'électricité renouvelable et locale. Une chronique en partenariat avec ToulÉco Montpellier.

Sept foyers font partie de la communauté énergétique pilote de Beoga
Sept foyers font partie de la communauté énergétique pilote de Beoga - Frédéric Guérin

Fondée en 2019, la start-up Beoga, basée à Montpellier, a l'ambition de créer des communautés énergétiques. En mars 2021, elle a lancé une phase pilote dans une ville du Gard, le Cailar. Sept foyers participent à l'expérimentation.

De l'électricité renouvelable et locale

Concrètement, ces foyers produisent leur propre électricité. Et chacun des membres peut bénéficier de l'électricité d'un autre s'il en a besoin. "Ça permet par exemple d'utiliser l'électricité du voisin quand il est absent ou en vacances", explique Amaury Pachurka, fondateur de Beoga. 

Ces familles sont souvent équipées de panneaux solaires et d'appareils qui permettent de stocker l'énergie : des compteurs ou des véhicules électriques spécifiques. Être en groupe plutôt que tout seul permet de faire plus d'économies, selon l'entrepreneur. "L'objectif, c'est de produire 20% d'électricité en plus et de payer 15% moins cher", détaille l'ingénieur de 43 ans.

Cet écosystème permet donc de produire une partie de l'électricité consommée. Créer une communauté parfaitement autonome n'était pas dans les plans de Beoga. "Pour bien comprendre, il faut prendre le pire exemple possible, expose Amaury Pachurka. Prenons une journée de décembre, avec peu de soleil et une température très basse : vous allez avoir besoin de beaucoup trop de panneaux solaires et de batteries pour vous chauffer." La start-up a donc signé un partenariat avec un fournisseur d'électricité renouvelable.

L'entreprise Beoga tourne avec une équipe d'une dizaine de personnes. Leur expérimentation gardoise doit durer deux ans. Dix nouveaux membres veulent rejoindre l'expérience. Amaury Pachurka espère créer de premières communautés opérationnelles d'ici un an et demi. Elle est en contact avec des collectivités en Auvergne-Rhônes-Alpes et dans l'Ouest de la France, avec des promoteurs immobiliers et des industries. Pour poursuivre ses projets, elle a lancé une campagne de financement participatif.