Replay du vendredi 4 décembre 2020

La nouvelle éco : La Valériane invente un pilulier en télésurveillance

Aujourd’hui dans la Nouvelle Eco, on parle de l’entreprise La Valériane, spécialisée dans l’édition de logiciels santé.

Thess délivre la dose précise de médicaments
Thess délivre la dose précise de médicaments - La Valériane

L’entreprise La Valériane est spécialisée dans l’édition de logiciels capable de mesurer précisément la santé des employés. Elle a été créée en 2008 à Montpellier par Roland Sicard. Elle intervient dans les entreprises en proposant des protocoles de mesures de santé au travail par l’auto diagnostic, par une meilleure connaissance des outils et des solutions pour aller mieux. Elle accompagne aussi les patients qui ont des traitements lourds, puisque, en plus de sa fonction de dirigeant d’entreprise, Roland Sicard est aussi à la tête de l’institut du cancer d’Avignon-Provence. Dans le contexte sanitaire actuel Roland Sicard voit donc d’un bon oeil le développement de la télémédecine

L’entreprise sort un produit en lien avec la télémédecine…

Oui, La Valériane a imaginé un outil pour accompagner les malades à distance, notamment pour les maladies respiratoires comme le coronavirus ou les cancers. C’est un boitier, connecté, qui délivre des médicaments. C’est un peu le pilulier du 21e siècle. Jusqu’ici, on connaissait le pilulier dans lequel on range les comprimés en fonction des jours de prises. Le boitier de La Valériane est connecté et répond à plusieurs principes. D’abord, donner le bon médicament, au bon moment, à la bonne dose. Le boitier Thess, c’est son nom, est relié à un logiciel de télémedecine capable d’ajuster les prises médicamenteuses en fonction des données du patient prises en temps réel. Température, tension, douleurs diverses… Toutes les données sont lues et analysées par une équipe dédiée à la télésurveillance. Ces équipes se développent massivement dans les hôpitaux. Ce sont ces professionnels qui ajustent la posologie, à distance, du boitier Thess. 

Ce boitier est-il déjà commercialisé ?

Les premiers dispositifs vont être déployés au mois de mars prochain. D’abord, il faut mettre en place les équipes de télésurveillance dans les établissements de santé. Et ça, la crise du coronavirus a clairement accéléré cette mise en place. La technologie du boitier, équivalente à celle d’un smartphone est en cours, mais déjà, un premier prototype est né.