Replay du vendredi 23 avril 2021

La nouvelle éco : Thomas Pesquet va utiliser la technologie d'une start-up de Montpellier

Depuis 2017, Fit Immersion développe un casque de réalité virtuelle qui permet de voyager lorsque vous pédalez sur un vélo d'appartement. La start-up montpelliéraine a été contactée pour adapter sa technologie à l'astronaute Thomas Pesquet. Une chronique en partenariat avec ToulÉco Montpellier.

D'ici cet été, l'astronaute français Thomas Pesquet devrait pouvoir utiliser la technologie de Fit Immersion sur la Station spatiale internationale.
D'ici cet été, l'astronaute français Thomas Pesquet devrait pouvoir utiliser la technologie de Fit Immersion sur la Station spatiale internationale. - Fit Immersion

Ce vendredi 23 avril 2021, l'astronaute français Thomas Pesquet s'envole vers la Station Spatiale Internationale (ISS), pour sa seconde mission dans l'espace. D'ici cet été, il devrait pouvoir utiliser une technologie développée par une start-up montpelliéraine.

Un casque conçu pour Thomas Pesquet

Depuis 2017, Fit Immersion développe un casque de réalité virtuelle. Lorsque vous êtes sur un vélo stationnaire, type vélo d'appartement, et que vous enfilez ce casque, des routes défilent devant vos yeux. "L'idée, c'est d'être au plus proche de la réalité", explique Dimitri Prikhodko. Grâce à des capteurs, plus vous pédalez vite, plus les images défilent vite. Si vous montez une côte, une option permet de sentir, dans vos jambes, cette difficulté supplémentaire.

En octobre 2019, Fit Immersion a reçu un mail du CNES (Centre national d'études spatiales) expliquant son intérêt pour cette technologie. L'idée serait que l'astronaute français Thomas Pesquet puisse l'utiliser à bord de l'ISS d'ici cet été (vidéo de Thomas Pesquet avec le casque). "On ne s'y attendait vraiment pas", rit l'entrepreneur.

Le but c'est qu'il garde un contact avec la Terre quand il sera dans l'espace - Dimitri Prikhodko, fondateur de la start-up montpelliéraine Fit Immersion

La start-up a alors adapté sa technologie car, sur l'ISS, humains et objets sont soumis à l'absence de pesanteur. "On a dû modifier les capteurs, détaille Dimitri Prikhodko. Si on ne l'avait pas fait, les images vues dans le casque de réalité virtuelle auraient dévié."

Par ailleurs, Fit Immersion a ajouté du son et a créé un parcours spécifiquement pour Thomas Pesquet : un tracé au cœur de Paris, qui passe par le Trocadéro, la Tour Eiffel, le musée de l'Armée, et le Louvre.

Une technologie créée pour les salles de sport

À l'origine, Fit Immersion avait créé cette technologie pour les salles de sport. À cause de la crise sanitaire, celles-ci sont fermées : la start-up de Montpellier a dû changer son fusil d'épaule. "On a attendu un peu et puis on s'est dit qu'il fallait vraiment qu'on trouve une solution.

L'idée n'est pas de remplacer le vélo classique mais de faire en sorte que vous puissiez en faire même quand ce n'est pas possible d'aller dehors, par exemple lorsqu'il pleut ou qu'il fait nuit - Dimitri Prikhodko, fondateur de la start-up montpelliéraine Fit Immersion

La start-up a alors décidé d'en faire un outil pour le sport à la maison. "Ça a plutôt bien pris, s'enthousiasme Dimitri Prikhodko. Par exemple, pour la période de Noël, on a eu une centaine de commandes en un mois. Ce qui n'est pas trop mal pour une entreprise de notre taille...

Aujourd'hui, le casque de réalité virtuelle propose une quinzaine de parcours en France et en Russie. Certains parcours sont en images de synthèse. Par exemple, vous pouvez pédaler sur la lune! Un parcours que Thomas Pesquet n'a pas souhaité emmener avec lui sur l'ISS...