Replay du lundi 31 mai 2021

Une association de Darnétal propose des semences paysannes pour réintroduire des variétés de céréales oubliées

- Mis à jour le

Simon Bridonneau, le président de l'association Triticum, était l'invité ce lundi de la Nouvelle éco sur France Bleu Normandie.

Les variétés proposées par l'association ne sont pas ou plus utilisées par l'industrie agroalimentaire (illustration).
Les variétés proposées par l'association ne sont pas ou plus utilisées par l'industrie agroalimentaire (illustration). © Radio France - Pierre Coquelin

On parle de "blés de pays" comme le "rouge de Bordeaux" ou "le bon Cauchois" : des variétés de céréales oubliées ou disparues que l'association Triticum, de Darnétal (Seine-Maritime), veut réintroduire en proposant des semences paysannes à ses adhérents. "Nous faisons un travail de recherche sur ces céréales et nous les remettons dans les champs en les proposant à des agriculteurs", explique Simon Bridonneau, co-fondateur et président de l'association, fondée en 2019.

"On trouve ces semences dans des conservatoires et on échange avec d'autres maisons des semences", poursuit Simon Bridonneau. 

Si ces variétés ne sont pas ou plus utilisées par l'industrie agroalimentaire, c'est parfois parce qu'elles sont moins productives que d'autres. Mais elles peuvent s'avérer plus résistantes, explique Simon Bridonneau : "Ces blés ont un bagage génétique très riche et donc une capacité d'adaptation. Il y a un enjeu fort pour trouver des plantes qui pourront supporter des phases climatiques un peu plus complexes. On a aussi des questions de pollution, de crises écologiques qui s'accumulent, comment faire pour réduire la consommation de produits chimiques, etc. Tout ça passe aussi par une recherche sur les plantes."

L'association Triticum compte 250 adhérents dont 50 agriculteurs, mais aussi des boulangers, des brasseurs. Toutes les informations sur le site www.triticum.fr

Mots clés: