Replay du mardi 4 mai 2021

Pithiviers : "pas de réponse", déplore une commerçante qui a envoyé des chaussures à Jean Castex

- Mis à jour le

Plusieurs semaines après avoir envoyé des chaussures à Jean Castex pour réclamer la réouverture des commerces, Agnès Valériaud n'a toujours pas eu de réponse. Elle le déplore sur France Bleu Orléans, invitée de la Nouvelle Eco.

Agnès Valériaud, commerçante à Pithiviers, a envoyé des chaussures à Jean Castex pour réclamer une réouverture des commerces. Plusieurs semaines plus tard, "pas de réponse", de la part du Premier ministre.
Agnès Valériaud, commerçante à Pithiviers, a envoyé des chaussures à Jean Castex pour réclamer une réouverture des commerces. Plusieurs semaines plus tard, "pas de réponse", de la part du Premier ministre. - Agnès Valériaud

"Pas de réponse", déplore ce mardi matin Agnès Valériaud. Cette commerçante de Pithiviers a envoyé il y a quelques semaines une paire de chaussures à Jean Castex, pour réclamer au Premier ministre une réouverture des commerces. Invitée de la Nouvelle Eco sur France Bleu Orléans, elle enregistre "quatre mois et demi de fermeture sur 13 mois, c'est énorme."

Vous avez donc envoyé ce colis au premier ministre pour réclamer la réouverture des commerces. En un sens, vous avez été entendues, ce sera pour le 19 mai.

La demande concernait le 3 mai et j'ai envoyé également à Bruno Le Maire. Pas de réponse. Cela correspond bien au manque d'information qu'ils ont sur nos difficultés. Ils n'ont pas compris à quel point on avait envie de travailler.

Ça fait un mois tout pile que vous êtes fermée, comment le vivez-vous ? 

Mal. A la fin du confinement, cela va faire quatre mois et demi de fermeture sur 13 mois, c'est énorme. Cela fait 40 ans que j'exerce, et c'est la première fois que j'ai autant de fermeture. Au plus que j'ai fermé, c'est 10 jours. Inutile de dire que cela va être compliqué.

Ça change quoi entre ouvrir aujourd'hui et ouvrir le 19 mai ?

Déjà ce qui change, c'est que le mois de mai fait partie des plus gros mois de l'année. Donc, si tu perds sur un petit mois la moitié de ton chiffre, tu perds un peu mais moins. Sur un gros chiffre, tu perds beaucoup. 

Y a t'il un moyen de rattraper le manque à gagner ?

Non. Lors du dernier confinement, juste avant Noël, on a fait un bon mois de décembre certes, on a très bien travaillé à la réouverture, mais sur deux semaines. Après on a travaillé normalement. 

Comment faites-vous avec vos salariés ?

Ils sont au chômage partiel, parce que je n'ai pas le choix. Et puis je fais du click and collect, c'est-à-dire que j'y vais tous les jours, toute la journée, pour dégager un chiffre d'affaires qui correspond à 20% du chiffre normal. Ce qui fait beaucoup de travail pour pas grand chose. 

Est-ce que nous, en tant que consommateurs, nous pouvons faire quelque chose pour vous, commerçants, qui connaissez ces grosses difficultés? 

Vous pouvez consommer en click and collect, ce qui est facile à pratiquer, même si ce n'est pas très bien expliqué et que le consommateur ne comprend pas forcément. Il faut acheter chez nous.  Quand il n'y aura plus de commerces en centre-ville, il n'y aura plus d'activité, il n'y aura plus de cœur de ville, et le cœur de ville c'est très important.