Replay du mardi 13 avril 2021

Covid-19 : l'année s'annonce "très compliquée" dans les campings du Loiret, pour le représentant du secteur

- Mis à jour le

L'année 2021 s'annonce "très compliquée", dans les camping du département, assure Christian Chenu, le représentant du syndicat départemental de l'hôtellerie de plein air dans le Loiret, invité de la Nouvelle Eco sur France Bleu Orléans.

Christian Chenu, représentant du syndicat départemental de l'hôtellerie de plein air dans le Loiret, était l'invité de la Nouvelle Eco sur France Bleu Orléans. (illustration).
Christian Chenu, représentant du syndicat départemental de l'hôtellerie de plein air dans le Loiret, était l'invité de la Nouvelle Eco sur France Bleu Orléans. (illustration). © Radio France - Stéphane Garcia

2021 sera "très compliquée pour les campings du Loiret, alerte ce mardi matin Christian Chenu, le gérant du camping trois étoiles de Gien. Le représentant du syndicat départemental de l'hôtellerie de plein air dans le Loiret était l'invité de la Nouvelle Eco sur France Bleu Orléans. 

C'est une situation très compliquée ? 

Cela va être une situation très compliquée. La première année était déjà compliquée, et là on part sur une deuxième année. Le propre d'une entreprise c'est de travailler. Quand on ne travaille pas, il y a  tout de suite des complications beaucoup plus dures.

Les campings du Loiret sont-il fermés ? 

Les campings peuvent être ouverts à condition d'héberger des gens qui viennent se mettre au vert pour quatre ou six semaines, ou alors les gens qui travaillent. Là, il doit y avoir quatre travailleurs sur la centrale. On a une personne qui est en confinement, qui sera là pour toute la saison. Et puis on a un autre couple qui est en confinement pour les six semaines, des parisiens en télétravail. 

C'est catastrophique pour votre secteur ? 

Oui, ça va être compliqué, mais on a la chance d'être dans un pays où on est aidé, il ne faut pas perdre cela de vue. Il y a d'autres pays européens qui n'ont aucune aide. On va tenir avec les aides. On a eu quelques prêts de l'état. Je pense que je vais perdre un an, deux ans ou trois ans de retraite, puisqu'on a fait un décalage de crédit d'un an. Il va y avoir les prêts à rembourser. Cela va être compliqué. Mais bon, il faut se battre. 

Emmanuel Macron a donné comme perspective un début de réouverture et un semblant de vie normale dès la mi-mai, vous vous y croyez ou pas? 

On est obligé d'y croire. Mais le problème, c'est qu'on n'aura pas les étrangers. Pour notre part c'est 50% de clientèle étrangère. L'année dernière on a fait 45% de chiffre d'affaires en moins. Donc, si on repart pour une année similaire, on sait que cela va être tendu. L'année 2023 va être compliquée. Parce 2022 on va la passer, on a encore un peu d'aide, le peu de trésorerie qui reste. Mais c'est pour 2023. Aujourd'hui, on est au mois d'avril, on n'a pas encaissé depuis le mois d'octobre. Ce n'est pas tenable. Ce n'est pas le but d'une entreprise : le but d'une entreprise c'est de faire du chiffre d'affaires.