Replay du jeudi 15 avril 2021

Philippe Bézannier Esnault, caviste à Orléans

- Mis à jour le

Les bars et restaurants sont toujours fermés, mais notre consommation d'alcool, elle, a augmenté. A Orléans, le caviste Philippe Bézannier Esnault peut continuer à vendre ses bouteille, malgré le confinement.

La boutique "Cavavin", à Orléans, reste ouverte malgré le confinement
La boutique "Cavavin", à Orléans, reste ouverte malgré le confinement © Radio France - Lisa Guyenne

La boutique de Philippe Bézannier Esnault fait désormais partie de la liste des "commerces essentiels". Malgré le confinement, Cavavin, Faubourg Madeleine à Orléans, peut rester ouverte. "Cela permet de recevoir de la clientèle, confie le caviste, et même si les ventes ne progressent pas forcément, cela maintient l'activité." Et cela grâce à une clientèle particulièrement fidèle. 

"Je remarque depuis un an une progression de la clientèle de proximité, des particuliers, des gens de mon quartier." Des habitués mais aussi des nouveaux clients, notamment des cadres, des personnes en télétravail.   

Compenser la fermeture des bars et restaurants

L'idée des clients est un peu de compenser l'absence de restaurants, en s'ouvrant une bonne bouteille et ainsi "poursuivre les moments de convivialité à domicile", souligne Philippe Bézannier Esnault.  

Concernant les bouteilles qui se vendent le mieux, le caviste précise que les vins restent des incontournables, tout comme le champagne, notamment pour des événements comme la Saint-Valentin. En revanche, les ventes aux professionnels sont en chute libre, en raison de la fermeture des bars, restaurants, discothèques. "Quelques restaurants continuent de commander des vins mais c'est très faible", confie-t-il.