Replay du lundi 28 septembre 2020

La nouvelle éco : Laure Baillergeau, organisatrice de mariages à Chécy, a presque tout annulé cet été

- Mis à jour le

C'est une activité économique très touchée par l'épidémie de coronavirus : les organisateurs de mariage, qui avaient réussi à maintenir quelques cérémonies durant l'été, sont de nouveau contraints de restreindre les rassemblements à 30 personnes. Témoignage d'une wedding planneuse de Chécy.

La page d'accueil du site internet de l'agence "L'or et chateaux"
La page d'accueil du site internet de l'agence "L'or et chateaux" - Capture écran site internet

Laure Baillergeau raconte que "cette année 2020 devait être l'une des plus belles pour notre agence", "l'Or et Chateaux", basée à Chécy. "J'avais 13 mariages prévus, j'ai pu en réaliser deux au mois d'août, et il m'en reste deux, un le week-end prochain, et un autre en décembre"

Comme les autres organisateurs de mariage dans le département, Laure Baillergeau a dû faire face à une situation particulièrement difficile, d'autant plus avec un nouveau durcissement des mesures sanitaires depuis ce lundi 28 septembre. L'interdiction des rassemblements festifs de plus de 30 personnes dans le Loiret, département en alerte vis-à-vis de la circulation du virus. 

"Heureusement, celui que j'organise ce samedi 3 octobre a lieu dans le Loir-et-Cher, département en zone grise actuellement, donc il va avoir lieu. Mais au départ ils devaient être 80 invités, aujourd'hui ils sont seulement 46 adultes" témoigne Laure Baillergeau. 

Il y a des gens qui culpabilisent les mariés en leur disant qu'ils ont tort de vouloir quand même se marier

"Et de toute façon même quand les mariages ont lieu, l'ambiance n'est pas la même. J'ai l'exemple du mariage que j'ai organisé fin août. Au départ il devait y avoir 140 convives au dîner. Finalement ils n'étaient que 90. Et moi je pense à mes mariés, pour eux c'est un vrai coup dur. Ils préparent le plus beau jour de leur vie, et ils se retrouvent finalement avec des gens qui ne viennent pas, ou même qui culpabilisent les mariés en leur disant qu'ils ont tort d'organiser cet événement malgré tout".

Un discours que tiennent les autorités sanitaires, qui pointent les rassemblements familiaux comme vecteur de la circulation du virus. "Moi en tant que wedding planer, mais aussi les traiteurs, les lieux de réception, nous mettons tout en oeuvre pour que les mesures barrière soient respectées. Pourtant on nous empêche de travailler, on pourrait nous faire un peu plus confiance"