Replay du vendredi 18 décembre 2020

Pascal Bioulac, maire de Lamotte-Beuvron, qui n'accueillera pas les JO Paris 2024

- Mis à jour le

Les sites qui accueilleront les épreuves de JO de Paris 2024 ont été dévoilés ce jeudi. Le Parc équestre fédéral de Lamotte-Beuvron, en Sologne, n'en fait pas partie. Les épreuves d'équitation se dérouleront à Versailles. Le maire de Lamotte-Beuvron a exprimé son amertume sur France Bleu Orléans.

Épreuves d'équitation aux Jeux Olympiques de Londres en 2012
Épreuves d'équitation aux Jeux Olympiques de Londres en 2012 © Maxppp - Thierry Larret

C'est officiel, les épreuves d'équitation des Jeux Olympiques 2024 n'auront pas lieu à Lamotte-Beuvron, en Sologne, mais à Versailles. Le maire de la commune, Pascal Bioulac, comprend cette décision mais se dit déçu ne pas avoir pu "participer avec fair-play et à armes égales" dans le débat qui a mené à ce choix.

"Dès que les premiers doutes sur Versailles sont apparus, il y a trois ans, nous sommes montés au créneau. On a subi une ignorance totale de la part des services de l'Etat et du Cojo (le Comité d'organisation des Jeux, NDLR)", regrette l'élu, qui a passé beaucoup de temps à faire du lobbying et vanter les mérites de son site en Sologne, notamment d'un point de vue économique.

"La Sologne aurait sûrement beaucoup apporté aux JO"

"Versailles, ce sont des investissements déguisés", dénonce Pascal Bioulac. Il évoque beaucoup de déception quant à ce que cet événement aurait pu apporter à la Sologne. "Mais c'est la Sologne qui aurait sûrement beaucoup apporté aux JO !", lance le maire de Lamotte-Beuvron. 

La France se prive de ses atouts chaque fois qu'elle rejette les talents de ses territoires.

Y compris d'un point de vue environnemental, affirme l'élu.

Les épreuves équestres à Versailles, une "hérésie écologique" ?

Se servir du Parc équestre de Lamotte-Beuvron aurait réduit l'impact environnemental des Jeux, selon Pacal Bioulac, puisque l'infrastructure existe déjà depuis près de 25 ans. "Le site collait parfaitement au portrait-robot de l'agenda olympique qui a été établi par le CIO, mais pas celui du cabinet spécialisé qui est marié avec le CIO depuis vingt ans." L'élu pointe le "désamour" des JO pour le grand public.