Replay du mardi 23 février 2021

La nouvelle économie : Futura Gaïa à Rodilhan imagine la ferme de demain

- Mis à jour le

Limiter l'utilisation des terres agricoles et la consommation d'eau. C'est l'objectif que s'est fixé Pascal Thomas, co-fondateur de Futura Gaïa à Rodilhan (Gard). Cet ingénieur a pour cela conçu une ferme verticale. La première a vu le jour à Tarascon.

Les plants poussent sur du terreau dans des cylindres empilés les uns au-dessus des autres
Les plants poussent sur du terreau dans des cylindres empilés les uns au-dessus des autres - Futura Gaïa

Après un an et demi de recherches au sein du laboratoire créé en avril 2019 à Rodilhan, les créateurs de Futura Gaïa ont commencé à faire pousser leurs premières salades dans la ferme verticale créée à Tarascon. "Plutôt que d'utiliser des surfaces agricoles, les systèmes de culture sont installés les uns sur les autres pour pouvoir multiplier les mètres carrés explique Pascal Thomas. Il faut imaginer comme des gros tambours de machines à laver. Les plants poussent sur du terreau dans ces cylindres de deux mètres cinquante de long et un mètre soixante de diamètre. Une lampe est installée au milieu, le système tourne toute la journée. On donne à la plante l'eau dont elle a uniquement besoin. Dans la culture traditionnelle, une grande partie de cette eau repart en évaporation ou dans la terre, la plante ne fait qu'intercepter une toute partie de cette eau. On fait la même chose pour le dosage des engrais.

Une réponse supplémentaire aux agriculteurs

Futura Gaïa ne veut pas remplacer l'agriculture traditionnelle. "On veut apporter aux agriculteurs et au monde agricole des solutions supplémentaires pour se protéger contre le manque d'eau, de la météo puisqu'on est à l'intérieur d'un bâtiment. L'objectif, c'est aussi de protéger les terres agricoles. En France, _chaque seconde, on perd 26 mètres carrés de terres agricole_s parce que l'activité humaine amène à utiliser ces espaces." Un système que le monde agricole observe de très près en région PACA.