Replay du vendredi 12 mars 2021

Redmaco and the Juliens, des Strasbourgeois à fond pour le funk !

Les Strasbourgeois de Redmaco and the Juliens arpentent les chemins buissonniers d’un rock à têtes multiples avec une forte ouverture sur le funk et le jazz

Redmaco And The Juliens
Redmaco And The Juliens

Dans le groupe, il y a Maximin Bégin, le bassiste, fan d’Herbie Hancock, et Rémi Catteau, le trompettiste, qui avoue un faible pour Chet Baker. Il y a aussi les rockeurs : Francesco Silvestrini, le guitariste, qui voue une adoration à Jimi Hendrix, Julien Grenouillet, le chanteur et saxophoniste, très Red Hot Chili Pepers quand l’autre Julien (Royer) du groupe, le batteur, affiche une petite prédilection pour Toto et la frappe de Jeff Porcaro. Enfin, pour mettre tout le monde d’accord, Edern Pamart, la deuxième guitare du groupe, ne dit jamais non à un petit reggae bien balancé.

La somme de toutes ces influences donne Redmaco and the Juliens, un groupe au nom sibyllin mais bourré d’énergie. Redmaco, parce qu’on retrouve les premières lettres de leur prénoms, et The Juliens, tout simplement parce qu’il y a deux Julien parmi eux.

Une association éponyme a été montée en 2019, afin de promouvoir le projet artistique du groupe. Le modèle économique est assez simple : les concerts (près d’une vingtaine déjà) alimentent la caisse de l’association qui a pu ainsi produire ce premier album. Son titre annonce la couleur : "Funkosphère". Neuf titres, enregistrés et mixés aux Downtown Studios de Strasbourg, qui participent d’un groove funky, avec cette couleur si particulière des cuivres. C’est efficace, entraînant, et pour un premier album, il y a déjà quelque chose de l’ordre de la maturité.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Mots clés: