Replay du mardi 5 janvier 2021

Barbara Weldens

Le set Live, à l'Agora au Crès, en juin 2017

Barbara Weldens
Barbara Weldens - Mye's Clic

Barbara Weldens  grandit dans le monde du cirque, dont ses parents font partie, y apprenant le jonglage, l’acrobatie, le trapèze. Elle écrit des poèmes et des chansons dès son enfance puis, adolescente, apprend le piano et écoute Brel et Barbara qui lui inspireront sa plume.

Adulte, elle crée un spectacle de cirque qu'elle joue seule ou en groupe. Fin 2011, elle prend avec des amis la direction du Théâtre de Pierres, à Fouzilhon, formant le Collectif TDP.

Dans une ambiance de créativité pluridisciplinaire (théâtre, écriture, chant, musique…), elle écrit et compose Le grand H de l’homme. Elle rencontre Dany Lapointe, directrice du festival de chanson "Printival Boby Lapointe", qui devient sa manageuse et se consacre pleinement à son activité musicale. Deux musiciennes, Marion Diaques et Barbara Hammadi, intègrent le projet.

En parallèle à son album solo, Barbara forme le groupe « Les Oies Blanches » en 2016, avec quatre autres musiciens, Sophie Benoit (accordéon), Élian Besson (basse), Frédéric Lefèvre (guitare), Christophe Seux (batterie)5.

Barbara décrit Les Oies Blanches comme « une meute émotive, une musique rock qui s’est infestée de textes slamés, chantés, hurlés dans le tumulte de l’urgence. L’urgence de brûler ce qu’il reste de jeunesse juste avant qu’elle ne s’échappe. Un son balancé d’un seul mouvement franc, sans chichi. La batterie tabasse l’accord, la guitare se frotte à la basse et la voix passe la rampe pour conter les histoires éternelles, celles qui nous survivent, l’amour, l’enfance, la mort, la vie. »

Un projet clairement rock qui contraste avec son album solo, projet dont sort un album posthume en mai 2019.

L'héritage musical de Barbara est perpétué aujourd'hui par les musiciens des Oies Blanches avec le groupe "Les Zingueurs Sauvages", groupe rock auquel Barbara a offert quelques textes.

Barbara Weldens
Barbara Weldens - Mye's Clic

Elle meurt sur la scène de l'église des Cordeliers dans le cadre du festival Léo Ferré, d'un arrêt cardio-respiratoire consécutif à une électrocution. Elle chantait sur scène pieds nus, comme elle en avait l'habitude. 

Elle a été inhumée au cimetière de Fouzilhon le 29 juillet 2017 : une cérémonie d’adieu a eu lieu en fin d’après-midi dans son village d’adoption, en présence des habitants de la commune et du public du Théâtre de Pierres.

Mots clés: