Émissions Toutes les émissions

La Provence insolite

Du lundi au vendredi à 6h54 et 14h15

La Provence insolite

le mardi 15 septembre 2015
Podcasts : iTunes RSS
Jean-Pierre Cassely
Jean-Pierre Cassely © Fotolia

L'académie de Marseille, les carnets de Joseph Logier

L'expo à la bibliothèque l'Alcazar (BMVR) à Marseille sur l'académie de permet de visiter la salle des séances avec l’immense table autour de laquelle prennent place les 40 membres. Depuis quelques années, les séances se déroulent dans la salle de l’Académie qui se trouve dans la bibliothèque de l’Alcazar.

L’expo permet aussi de voir des œuvres et des collections qui ne sont jamais sorties du siège de l’Académie au 40 rue Thiers.

Il y d’abord ses agendas tenus au jour le jour. Par exemple le jeudi 1er janvier 1880, il note : « Écrit à Bertrand à la Ciotat et à Bouyaret à Paris. Puis en dessous, un dessin en couleur où on le voit faire une révérence à une personnalité. Il écrit ceci : « fato la reverenza al signor Ramagni »… Et puis l’arrivée des ministres : le dessin c’est un nuage de fumées au dessus duquel émergent deux hauts de forme. On a aussi un dessin où un musicien accompagne un pétomane, une famille d’estropiés, des personnes tombant dans le Vieux-Port avec leur fiacre, une incroyable séquence d’arrachage de l’une de ses dents, Louis XIV aux toilettes, la marchande de chichi-fregi, l’effondrement du pont du cours Lieutaud, etc.

Le clou de cette expo ce sont les 45 carnets de Joseph Laugier. Ce dernier né à Toulon en 1828 était conservateur au cabinet des monnaies et médailles de la ville de Marseille et membre de son académie. On a retrouvé un jour dans des boites en carton ces 45 carnets oubliés qui sont un mélange de croquis, de dessins extraordinairement précis et parfois caricaturaux et de commentaires sur son emploi du temps ou sur ce qui l’entoure.

On a donc là un condensé de la vie marseillaise en cette fin du XIXe siècle avec talent, avec humour et une mine d’informations.

Comme il était impossible de laisser le public feuilleter ces carnets, ils nous sont proposés sur deux écrans tactiles de grande dimension où l’on peut les visualiser tranquillement mais debout !