Émissions Toutes les émissions

La Provence insolite

Du lundi au vendredi à 6h54 et 14h15

2min

La Provence insolite : la fontaine des Danaïdes à Marseille

Par le jeudi 7 janvier 2016
Podcasts : iTunes RSS
La fontaine des Danaïdes à Marseille
La fontaine des Danaïdes à Marseille - inconnu

Une belle histoire d'eau...

La Fontaine des Danaïdes. Sculpteur : Jean Hugues (1849-1930)

Au Salon des artistes français de 1903, Jean Hugues (1849-1930) expose un groupe en plâtre DE STYLE ART-NOUVEAU intitulé Les Danaïdes, ensemble décoratif formant fontaine.

Le sculpteur en sollicite l’achat auprès de l’État, moyennant 40 000 francs-or. Le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts accepte l’acquisition à la condition qu’une commune fasse compte à demi avec l’État. Hugues propose donc son œuvre à sa ville natale qui, sensible au partenariat financier, répond favorablement le 5 novembre 1904.

Le Conseil municipal prévoit d’élever le groupe des Danaïdes sur la place du Chapitre, jusqu’alors simplement animée d’un jet d’eau au centre d’un bassin fleuri. Néanmoins, lorsqu’en avril 1907 le statuaire annonce l’achèvement de la fontaine, aucune disposition n’a encore été prise pour aménager le site ; les travaux ne débutent pas avant la fin septembre.

Finalement, à la mi-décembre, tout semble prêt pour une inauguration solennelle. Toutefois, le financement conjoint du monument rend obligatoire la présence d’un membre du gouvernement à la cérémonie. Or, les élus marseillais s’avèrent incapables de réunir les officiels requis.

Le 19 septembre 1913, le maire Amable Chanot écrit une nouvelle fois au malheureux artiste : « Le séjour de M. Poincaré à Marseille sera de trop courte durée pour qu’on puisse espéré qu’il y soit ajouté l’inauguration de la fontaine des Danaïdes. » Ainsi, le seul monument public érigé par la Ville à cette époque-là est-il également le seul à attendre son inauguration officielle...

LES DANAÏDES : Les Danaïdes étaient les cinquante filles de Danaos qui, mariées aux cinquante fils d'Aegyptos, les assassinèrent durant leur nuit de noces à l'exception d'une seule, Hypermnestre, qui épargna son époux Lyncée, parce qu'il avait respecté sa virginité. Le Danaïdes furent condamnées à remplir éternellement des jarres percées après leur mort.

Texte de Jean-Pierre Cassely. CLIQUEZ-CI pour accéder aux visites guidées