Émissions Toutes les émissions

La Provence insolite

Du lundi au vendredi à 6h54 et 14h15

2min

La Provence insolite : Lazarine de Manosque

Par le mardi 12 janvier 2016
Podcasts : iTunes RSS
Lazarine de Manosque
Lazarine de Manosque - inconnu

Le parcours d'une femme émancipée...

Au 144 bd Boisson à Marseille, chalet dit « le cabanon de Mireille » médaillon sur l’arrière « o Magali ma tant aimée ». C’est là qu’a vécu Lazarine Nègre dite Lazarine de Manosque poétesse (1848- 3/11/1899)

Lazarine Négre (1848-1899) a eu un destin passionnant et étonnant pour un femme de Provence qui au XIXe siècle a écrit une oeuvre en Provençal et a appartenu au Félibrige, amie de Mistral à qui elle vouait un véritable culte.

Issue de l’autre extrémité de la hiérarchie sociale, Lazarine Nègre, connue sous le pseudonyme littéraire de Lazarine de Manosque, était fille d’une bergère de haute Provence. Félibresse, elle portait à l’occasion le vêtement de type arlésien, tandis que sa mère conservait la coiffe et le fichu dits arlésiens selon les habitudes manosquines.

Extrait d’une lettre qu’elle écrivit à Mistral : « Quand j'ai commencé à faire quelques bouts de rimes, tel tapage dans mon pays ! Quelles clameurs quand on a appris que je faisais des vers. "Ce n'est pas possible, disaient les ignorants, ce n'est pas elle, on les lui fait ! " et les grandes gueules ajoutaient : " Quel toupet ! Faire des vers et les signer surtout ! " Leurs dames qui avaient usé la doublure de leurs jupes sur les bancs des grandes écoles renchérissaient. Ce n'était pas possible qu'une pauvresse comme moi fasse de la poésie ! Ils bavaient tous leur venin sur une pauvre créature qui n'a jamais fait de mal à personne. Si au lieu d'être la fille d'un paysan, j'avais été une demoiselle de bonne famille, ça aurait été les figues d'un autre panier ! Mais moi, allons, ne fallait-il pas que tout le monde me jette la pierre ! »

Et elle conclue : « Je suis une pauvre Manosquine, Un peu gamine mais pas coquine. Prenez donc tout du bon côté, je ne voudrais pas vous fâcher. »

Texte de Jean-Pierre Cassey. CALENDRIER DES VISITES GUIDEES