Émissions Toutes les émissions

La Provence insolite

Du lundi au vendredi à 6h54 et 14h15

2min

La Provence insolite

Par le jeudi 29 octobre 2015
Podcasts : iTunes RSS
Le café "Les deux garçons" à Aix-en-Provence
Le café "Les deux garçons" à Aix-en-Provence - PRA

Léon, le célèbre serveur des 2G à Aix-en-Provence

Léon Ravaux arrive à Aix en 1946 après avoir passé 5 ans dans la Marine Nationale. Il a parcouru presque toutes les mers du globe sur le cuirassé Richelieu pendant la guerre.

Léon passait souvent devant la brasserie La Royale. Sans doute ce nom lui rappelait-il l’époque précédente, car, comme chacun ne le sait pas, la Royale est le nom que les marins donnent à la Marine Nationale. Cette brasserie, située en bas du Cours, accueillait beaucoup de monde : notables aixois, jeunes étudiants. Cette vie et cette activité attiraient Léon. Un jour, un poste de garçon de café se trouva libre. Léon l’obtint. Il officia de longues années dans cet établissement, où il fut rapidement estimé.

En 1948 eut lieu la création du Festival d’art lyrique. Dès 1949, c’est au premier étage de la Royale que s’installa le bureau de presse du Festival qui fit de ce café l’un des hauts lieux de rencontre entre journalistes, musicologues et artistes.

A l’autre bout du Cours se trouve un autre café, plus couru encore que la Royale : il s’agit des Deux Garçons. Un matin, Monsieur Teissier va prendre une consommation à la Royale et en profite pour débaucher Léon.

L’été, pendant le Festival, son directeur, Monsieur Dussurget, également directeur du théâtre des Champs-Elysées à Paris, venait souvent aux Deux Garçons de sorte que tous les acteurs et les musiciens y venaient aussi. Ces deux évènements, à savoir, la création du festival et l’arrivée de Léon aux Deux Garçons, contribuèrent à la célébrité de l’établissement. Picasso, Cocteau.

Grace à ses relations dans ce milieu, Léon avait toujours quelques places disponibles pour telle ou telle représentation. Cela lui permettait de dépanner quelque mélomane de dernière heure. Un jour, un toulousain de passage lui demande d’où vient tout ce monde qui parle de musique. Le Festival était déjà connu en Europe et en Amérique, mais pas encore à Toulouse. Léon renseigne le toulousain, qui enthousiaste, lui dit qu’il ne peut pas rester mais qu’il doit revenir la semaine suivante. Il lui demande de lui acheter des places pour toutes les représentations et lui signe un chèque en blanc. Léon est encore tout ému, bien que surpris, de la confiance que lui a prodigué cet amateur de musique lyrique.

Deux anecdotes émaillent cette période. Francis Poulenc étant aux Etats-Unis, lut un jour dans le New York Times un article élogieux sur Aix, où les 2 Garçons et Léon tenaient une bonne place. Il lui envoya l’article avec ce commentaire : “C’est beau la célébrité, mon cher Léon”. Décédé le 27 janvier 2009.

Léon était invité partout par les célébrités. Philosophe il disait oui à tout le monde mais n'a jamais répondu à ces invitations "pour ne pas briser le rève".

Texte de Jean-Pierre Cassely www.provence-insolite.org