Émissions Toutes les émissions

La Provence insolite

Du lundi au vendredi à 6h54 et 14h15

2min

La Provence insolite : La comtesse de Pézenas ressuscitée

Par le vendredi 30 octobre 2015
Podcasts : iTunes RSS
 La comtesse de Pézenas
La comtesse de Pézenas

La comtesse de Pézenas ressuscitée

La Provence insolite : La comtesse de Pézenas ressuscitée

Allée 10 sud, 33eme place au Cimetière de la Seyne-sur-Mer (Var)

Il faut emprunter l’entrée principale, aller au fond à droite, puis remonter cette allée jusqu’au bout. Le tombeau est contre le mur de clôture à droite.

Sur la plaque appuyée contre le mur du cimetière on peut lire : “ici repose Rose Louise Marguerite Vallavieille, épouse de feu M. de Pézenas de Bernardy, capitaine des vaisseaux du roi, née le 22 juin 1754, décédée le 22 juin 1829, priez pour elle. Modèle des épouses et des mères, elle fut toujours l’appui des malheureux”.

Ce que ne dit pas la plaque c’est que la comtesse de Pézenas est morte, pour ainsi dire, deux fois... A l’âge de vingt ans, alors qu’elle était à table avec son mari, elle s’étouffa avec un noyau d’abricot, fut considérée pour morte et fut donc inhumée au cimetière de Toulon. Son mari dont on imagine le désarroi voulut qu’elle soit dans son cercueil telle qu’au jour de son mariage, avec sa belle robe blanche et une splendide rivière de diamants. La nuit suivante, le fossoyeur qui avait procédé à l’inhumation, aidé de complices, vint profaner la tombe pour s’emparer du collier. Ses gestes brutaux réveillèrent la défunte qui n’avait souffert que d’une syncope prolongée. Ses cris de soulagement firent fuir les malfaiteurs pris de panique (et on les comprend...)

Elle vécut alors 55 ans de plus et donna peu de temps après naissance à un beau bébé qui mérita la légende provençale souvent rapportée à propos de l’enfant des Pézenas, “qui mourut avant d’être né”.

Au cimetière de La Seyne-sur-Mer, on pourra aussi voir la tombe d’André Igual (1950-2000) écrivain et humoriste à qui ses amis ont dédié un journal en 2001 : “Le André Igual qui paraît chaque fois que Igual meurt...”

Texte de Jean-Pierre Cassely www.provence-insolite.org