Toutes les émissions

La Provence insolite

Du lundi au vendredi à 6h54 et 14h15

La pastorale Maurel
La pastorale Maurel - inconnu

La Provence insolite : la pastorale Maurel

Diffusion du mardi 29 décembre 2015 Durée : 3min

Le retour des pastorales !

La Pastorale est la représentation théâtrale et vivante de la Nativité. Elle trouve ses sources dans les chants de Noël provençaux.

Au XVIe siècle, on trouvait à côté des chants de Noël des courtes saynètes appelées pastorales, en raison de l’importance accordée aux rôles des bergers dans la célébration de la Nativité. Le PASTRAGE des messes de Minuit

La Pastorale Maurel fut créée en 1844, au n° 7 de la rue Nau à Marseille où se trouvait le siège du Cercle Catholique d’Ouvriers, dont était membre Antoine Maurel. Reste une plaque et un panneau de permis de construire… Elle se joue cette année au théâtre Mazenod rue d’Aubagne à Marseille mais aussi partout en Provence comme à Allauch ou Cassis.

Interprétée dans la langue de Mistral, « la Maurel » est la plus ancienne, la plus célèbre et aussi sans doute, la plus populaire des pastorales. Chacune de ses représentations suscite en effet, une immense ferveur auprès du public.

La Pastorale Maurel raconte en cinq actes, le pèlerinage des Provençaux vers Bethléem qui pour l’occasion se situe au cœur d’un village de chez nous. On y retrouve tous les personnages chers à Maurel, Pistachié le fada, le rémouleur qui aime bien la bouteille et bien sûr les trois vieux et l’ange.

Maurel qui fut tour à tour tonnelier, doreur, ouvrier miroitier, comptable puis directeur du dépôt de Mendicité dans le civil jouait sa pastorale avec sa canne car il boitait. Il y avait aussi Granon, menuisier, très bon chanteur mais très mauvais diseur.

Il fut embauché dans une troupe d’amateurs qui jouait « la mort de César ». Granon avait le rôle de Brutus et devait dire ces vers en provençal « César voici ton coup mortel » « Cesar, vaqui toun cou mourtaou »… A la première représentation il s’écrie : « Cesar vai quitta toun marteou » « César va quitter ton marteau ». Quand on sait que celui qui jouait César était en plus serrurier dans le civil on comprend que le propriétaire de l’immeuble où on jouait la pièce à la rue Breteuil craignit qu’il ne s’effondre sous les trépignements hilares du public…

C’était devenu une telle histoire que tout le monde se racontait et lorsque Granon arrivait sur scène le public scandait « lou marteaou, lou marteou »…..

La pastorale Audibert tous les dimanches de janvier au théâtre Lacydon la Major à 14h30. Santons originaux tesl Michel le Ravi, Chichourlé le simplet, Luc l’incrédule, Pharès le bohémien, Pancrace le meunier sourd à qui on pouvait chanter meunier, meunier tu dors, ton moulin, ton moulin va trop vite, va trop fort !!!

Texte de Jean-Pierre Cassely. CALENDRIER DES VISITES GUIDÉES POUR 2016