Émissions Toutes les émissions

Du lundi au vendredi à 6h54 et 14h15

La Provence insolite : les Palais de Justice de Marseille

Palais de justice de Marseille

La Provence insolite du lundi 18 janvier 2016

Par

Leur histoire à la barre !

La Provence insolite : les Palais de Justice de Marseille

Le Palais de Justice de 1933 : Tribunal civil et Tribunal de Commerce, Marseille.

Les Marseillais qui n’ont pas eu l’occasion d’être confrontés à la justice consulaire ne connaissent pas l’intérieur de ce tribunal art-déco qui mérite largement une visite (à noter que ceux qui ont été partie prenante dans un procès n’ont pas vraiment la tête à contempler les multiples œuvres d’art que recèle ce musée de l’époque de l’entre deux guerres).

La justice étant publique chacun peut entrer et visiter librement les halls et salles de circulation. Sauf exception signalée, les salles d’audience, lorsque le huis-clos n’est pas prononcé, sont elles aussi accessibles à condition de ne pas perturber les débats en cours. Seuls les bureaux et particulièrement celui du Président ne sont pas accessibles sans autorisation ou participation à une visite guidée.

L’office de tourisme et des congrès de Marseille organise des visites ponctuelles

Le tribunal de commerce (ainsi que l’annexe du tribunal civil qui lui est mitoyen – voir plus bas) a été construit sur les plans de l’architecte Gaston Castel et inauguré en 1933. Sur la façade, la frise évoque assez fortement la croix gammée de sinistre mémoire. Le péristyle est couronné par une frise de Sartorio représentant la Justice protégeant le Commerce et l’Industrie.

Dans le hall central, de l’escalier monumental aux détails de la décoration ou des luminaires, tout a été conçu et dessiné par Castel. Au fond du hall une grande statue de pierre de la Justice sculptée par Henri Raybaud.

Le décor le plus spectaculaire du tribunal est la grande salle d’audiences, située au premier étage et dont la hauteur correspond à deux étages. Eclairée par un mur de vitraux géomètriques, la fresque d’Henri Brémond « À la gloire de Marseille capitale de la Méditerranée » qui emplit tout le mur du fond de la salle est spectaculaire.

Au dernier étage, dans le hall, un panneau décoratif tout en longueur de Louis Lombardon a pour thème « Le comte de Provence Raimond Bérenger V donnant les Lois à la Provence ».

Dans le salon d’honneur se trouve l’une des sculptures phares de Louis Botinelly (voir page XXX) « La Loi et la Justice protégeant le Droit ».

A l’entrée du tribunal civil, où siège le redouté tribunal correctionnel une fresque immense de Jean Lair orne le vestibule et représente la fin des chatiments corporels à la Révolution qui entre parenthèses a inventé la guillotine. Illustration à glacer le sang dans les veines avec ce supplice de la roue qui occupe tout le mur à gauche en rentrant du vestibule et des escaliers, avant le portique

Texte de Jean-Pierre Cassely. CALENDRIER DES VISITES GUIDÉES.

Partager sur :