Émissions Toutes les émissions

Du lundi au vendredi à 6h54 et 14h15

La Provence insolite : Les tatouages de Carbone

Paul Carbone

La Provence insolite du mercredi 27 janvier 2016

Par

Le banditisme et les tatouages

Paul Venture Carbone est né le 1er février 1894 à Propriano, en Corse, d'un père navigateur.

Il prétendait descendre d’Iléria Carbone, nourrice de Napoléon Bonaparte.

Alors que Paul est encore très jeune, la famille Carbone s'installe à Marseille, au Panier. Paul est alors un élève plutôt brillant, mais il devra abandonner l'école après l'obtention du Certificat d'étude pour aider sa mère devenue veuve, qui avait alors à sa charge trois enfants : Paul et ses deux jeunes frères, François et Jean. Paul découvrit le monde du travail très jeune : A 12 ans, il est vendeur de journaux puis, quelque temps plus tard, il s'engage comme matelot.

C'est à l'adolescence que Carbone se fera connaître par les services de police. Grand et costaud, Paul n'est pas avare en distribution de coups de poing. Il sera ainsi mêlé à plusieurs bagarres à Marseille. En 1914, il part au Bataillon d'Afrique pour réaliser son service militaire. Puis la Guerre éclate. On l'enverra à cette occasion combattre au Maroc puis à Verdun en 1917, lors de la célèbre bataille, durant laquelle il sauvera son supérieur. Cela lui voudra la médaille militaire.

Carbone est alors devenu un dur, un tatoué. Une multitude de tatouages tapissent son dos, ses bras, son cou ou encore sa poitrine. Erreur de jeunesse.

Son corps est presqu’entièrement tatoué. Sur ses bras s’enroulent des serpents multicolores, sur son dos, des visages de femmes et des fleurs, une scène de chasse au renard sur les hanches, son cou arbore les pointillés de la guillotine et sa poitrine une tête de Maure entourée des inscriptions « Vive Napoléon », « Vive Laetitia », « Austerlitz », « Baraka », « honneur et patrie », « mort aux vaches », « Merde » et enfin, sur le bas-ventre une inscription prometteuse « au plaisir des Dames » … Devenu un caïd il tentera de les effacer

Devenu un caïd du Milieu, il commence à fréquenter hommes d'affaires et autres politiciens, pour qui ce genre d'artifices n'est pas vraiment entré dans les mœurs. Soucieux de son image, Paul tentera par tous les moyens d'effacer et de dissimuler ses tatouages avec du lait fermenté et du gros sel. Il fera même bruler les obscénités qu’il portait autour du poignet.

En 1943, alors qu'il remonte à Paris après un voyage à Marseille, Paul Venture Carbone meurt dans un accident de train. Un déraillement provoqué par la Résistance dont Carbone n'était n réalité pas la cible première. Le but était simplement de supprimer des permissionnaires allemands. La jambe droite sectionnée entièrement et la gauche au niveau du tibia, le caïd meurt quelques instants plus tard. Plus de 3000 personnes assistent à ses obsèques grandioses. Parmi elles, des figures de la Pègre, du monde politique, de la Chanson (Tino Rossi y interpréta l'Ave Maria), du Cinéma....

Texte de Jean-Pierre Cassely. CALENDRIER DES VISITES GUIDÉES

Partager sur :