Toutes les émissions

La Provence insolite

Du lundi au vendredi à 6h54 et 14h15

Carte territoriale Aix-Marseille
Carte territoriale Aix-Marseille - inconnu

La Provence insolite : Marseille VS Aix

Diffusion du mercredi 2 décembre 2015 Durée : 2min

La rivalité entre Aix et Marseille

Aix v/s Marseille

La rivalité entre Aix et Marseille date de l’occupation romaine et le statut d’Aix, capitale de la Provence, a toujours été mal perçu par les habitants de la cité phocéenne. « L’affaire » de Bourbon (1524) fit des choux gras dans les foyers marseillais : on accusait les Aixois d’avoir livré leur ville sans combat.

À Aix, la rue des Marseillais débouche sur la place Richelme. Elle doit son nom au fait que c’est là que les financiers marseillais tenaient leurs comptoirs de change : par tradition, les Aixois rechignaient à accomplir des opérations financières sur la place publique et laissaient volontiers cette activité aux « marchands » Marseillais.

La Révolution, qui a fait de la capitale de la Provence la sous-préfecture du département des Bouches-du-Rhône, n’a pas contribué à rapprocher les deux villes.

Jusqu’au XXe siècle, lorsqu’un avocat marseillais venait plaider devant la cour à Aix, il devait ainsi faire une visite de courtoisie au bâtonnier à qui le greffier annonçait sa présence dans la salle d’attente par ces mots : « l’avocat étranger est arrivé ! »

Un certain Dumont dans un ouvrage introuvable intitulé « Le voyage en Provence » (1699) disait même : « Sur le Cours on y voit des femmes bien faites, mais il faut avouer que dans cette ville les hommes surpassent les femmes en beauté. C’est une merveille de voir les jeunes gentilshommes d’Aix, il y en a dix ou douze, entre autres, qui ne le cèdent point aux plus charmantes dames (…)

C’est aussi ce qui fait dire communément en Provence au sujet de la beauté : hommes d’Aix et femmes de Marseille. »

Marcel Provence* rappelle que les cars Mattei qui assuraient la ligne Aix-Marseille emmenaient à Aix les « étudiantes blondes marseillaises, chaque saison plus nombreuses et plus court vêtues, plus vives et parlantes que les Aixoises mais de moindre distinction. »

Les filles d’Aix, Charles Forrot, poète du Vivarais, (1890-1973) :

« Ses filles ont gardé leur démarche de reine

Solide mais sans poids, haute mais sans raideur

Et gravé sur leurs traits la beauté souveraine :

Celle où l’âme confère au masque sa grandeur. »

TEXTE DE JEAN-PIERRE CASSELY / provence-insolite.org