Replay du mercredi 7 avril 2021

Depuis quarante ans, l'atelier vidéo ravive la mémoire des lavallois

- Mis à jour le

Le 7 avril 1981, l'atelier vidéo de Laval réalisait son premier reportage. Pour la quarante ans de sa création, nous poussons les portes de cet atelier unique, qui entretient le devoir de mémoire.

Stéphane Piau, réalisateur et responsable de l'atelier vidéo de Laval
Stéphane Piau, réalisateur et responsable de l'atelier vidéo de Laval © Radio France - Gauthier Paturo

"Sur ces étagères, 1500 cassettes sont conservées" annonce fièrement Stéphane Piau. Le réalisateur nous reçoit dans son antre, un studio entièrement équipé dans les sous-sols de la bibliothèque Albert Legendre, place de Hercé. Tous ces films ont été minutieusement numérisés et Stéphane Piau espère un jour pouvoir les mettre à la disposition des lavallois sur internet.

"Il y a toujours des films qui dorment dans les greniers"

Si une bonne partie de cette collection a été tournée par le service communication de Laval, une autre partie a été tournée par les lavallois eux-même. Stéphane récupère encore aujourd'hui des films de famille. Il en est d'ailleurs le premier surpris : "Ca fait 35 ans que je m'occupe de l'atelier. Je pensais avoir fait le tour, mais non ! Il y a encore des gens qui me confient leurs films amateurs sur cassettes ou bobines". Une vraie mine d'or pour se replonger dans les rues de Laval des années 1920 à nos jours.

Des documentaires projetés dans les écoles

De ces 800 heures de films, Stéphane Piau a réalisé dix documentaires, sur des sujets variés. Les écoles lavalloises font régulièrement appel à lui pour des projections dans les classes. "Ca parle beaucoup plus aux enfants, c'est beaucoup plus proche d'eux. Ils deviennent acteur de ce travail de mémoire". L'atelier vidéo augmente les films de commentaires et de témoignages, ce qui a valu à Stéphane de très belles rencontres. 

Son souhait ? Ouvrir davantage l'atelier aux lavallois, comme par exemple aux journées du patrimoine. "J'aime montrer ce lieu. Et les films sont chargés d'émotion. Quand quelqu'un reconnait son frère, son oncle, son grand-père, c'est un beau moment. J'ai vu des gens pleurer ici" avoue Stéphane Piau, sa voix - elle aussi - teintée d'émotion.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Il travaille sur un film en "stop-motion"

Dans cet univers dédié au film, nous avons aussi rencontré François Parmentier et Marc. Marc, c'est le héros de son futur court-métrage d'animation : "Malgré l'isolement". Un film réalisé en "stop-motion" à l'image de la série "Wallace et Gromit". "On croit que c'est de pâte à modeler, mais c'est bien plus complexe que ça" sourit le mayennais.

François Parmentier est réalisateur- vidéaste. Et entre deux tournages de films institutionnels ou de clips musicaux, il se consacre à la réalisation de son court-métrage. Un projet qui aborde un sujet lourd, et qui résonne tout particulièrement dans cette période de crise sanitaire : l'isolement.

Beaucoup de travail l'attend encore : la création de deux personnages et des décors (deux appartements ou encore... une rue !). Pour le soutenir dans son projet, il a créé une campagne de financement participatif.

François Parmentier prépare un film d'animation
François Parmentier prépare un film d'animation
Mots clés: