Replay du samedi 30 janvier 2021

La maison de Chateaubriand

Aujourd’hui direction Chatenay-Malabry, à 25 kilomètres de Paris en Haut de Seine, un lieu calfeutré, la vallée-aux-Loups et la maison d’un des plus grands écrivains français : François René de Chateaubriand.

La chambre de la maison de Chateaubriand
La chambre de la maison de Chateaubriand © Getty

En quelque sorte, la vallée aux Loups est pour Chateaubriand une maison refuge : "Tout chevalier errant que je sois, j’ai les gouts sédentaires d’un moine", ça, c’est pour la littérature, dans la réalité Chateaubriand est en exil, il a dû quitter Paris à force de critiquer dans la presse Napoléon Premier. Admirateur sans égal de Chateaubriand, Jean d’Ormesson souscrivait. 

Il faut visiter la maison de Chateaubriand, sa chambre et celle de Juliette Récamier. Mais c’est bien avec son épouse Céleste, qu’il va agrandir la maison et embellir la vallée-aux-loups.   

Chateaubriand vécu 11 ans à Chatenay-Malabry, de 1807 à 1818. Il y écrira « Les mémoires d’Outre-tombe » en rendant hommage à sa vallée aux Loups. Jean d’Ormesson aimait en lire quelques extraits.

Et pourtant il y a bel et bien un dernier morceau de terre cher à Chateaubriand, C’est sur l’ilot du grand Bé, à Saint Malo à 420 kilomètres de Paris que repose l’écrivain, face à la mer. En matière de fausse modestie, Chateaubriand ne craignait personne. Sur le tombeau de granit est inscrit en épitaphe, simplement : «Un grand écrivain français a voulu reposer ici pour n’y entendre que le vent et la mer. Passant, respecte sa dernière volonté».

Mots clés: