Replay du dimanche 9 mai 2021

Paris Vintage - 1984

Paris 1984, glamour, coup Franc de Platini, coup fourrés de jean Edern Hallier, secrets dévoilés et baisers volés.

Les français célébrent leur victoire de l'Euro 84
Les français célébrent leur victoire de l'Euro 84 © Getty

Juin 1984, au « Parc des Princes » à Paris, l’équipe de France de football remporte l’Euro face à l’Espagne. Les héros se nomment Tigana, Giresse, Bats, Fernandez, Lacombe et  Michel Platini qui « tire les coups francs aussi facilement que des pénaltys ».

84, la France s’aime comme dans la chanson de Gilbert Montagné. Ce qui n’empêche pas le mécontentement. 600 000 milles manifestants défilent devant le château de Versailles pour défendre l’école privée ! Le président Mitterrand est attaquée de toutes parts, politiquement et personnellement. L’écrivain narcissique Jean Edern Hallier, sur écoute téléphonique permanente à l’Elysée, relance un journal "L’idiot international", un France Dimanche d’aristocrates comme il le dit. Edern Hallier signe des articles brulots en compagnie de Philippe Sollers, Gabriel Matzneff et l’avocat Jacques Vergez.

1984, le fou Allier n’as pas le temps de balancer sa bombe dans son journal, à savoir la fille cachée de Mitterrand, élevé par la République, c’est Paris Match qui s’en charge, une photo choc à la sortie d’un déjeuner du restaurant le Divellec dans le 7e arrondissement.

La toute nouvelle chaine Canal plus et Europe 1 lancent en 1984 le Top 50, meilleur ventes de 45 tours officiels  à l’initiative de Philippe Gildas.

Pour que plus personne ne triche. Conjointement présenté à la radio et à la télé par Yann Hegan et Marc Toesca et contre toute attente, le premier numéro du Top 50 n’est autre que Peter et Sloane !

Pour conclure ce Paris Vintage 1984, disparition de François Truffaut, chef de file de la nouvelle vague, né à Paris, mort à Neuilly, réalisateur amoureux de la capitale  « les 400 coups », « l’amour en fuite », et bien sûr le « Dernier métro » deux monstres sacrés pour servir Truffaut : Deneuve, Depardieu !  

Mots clés: