Replay du samedi 6 février 2021

Saga de Paris - L'hôtel de sens

- Mis à jour le

Si l’hôtel de Sens se trouvait à Tulles, Arras ou Châteauroux, il serait le clou du spectacle, mais au cœur de Paris, il n’est qu’un des 1950 lieux classés historiques. Et pourtant, quelle histoire depuis sa création fin XVe siècle par les Archevêques de Sens en Bourgogne.

Hôtel de sens, ici en 1928
Hôtel de sens, ici en 1928 © Getty

Oui on peut bien là parler de trésor culturel, l’Hôtel de Sens devenu bibliothèque Fornay, consacrée aux Arts décoratifs, et parmi les nombreuses collections, 30 000 affiches publicitaires du XIXe, XXe et XXIe siècle : Capiello, Michel Bouvet, Cassandre, Chéret, Colin, Savignac et Charles Loupot. 

Retour sur la riche histoire de l’Hôtel de Sens rue du Figuier dans le 4e arrondissement, propriété un temps de la puissante et diabolique Reine Margot qui ne collectionnait pas les affiches de publicité mais les hommes, chacun son truc ! Après son divorce avec Henri IV, Marguerite de Valois multiplie les amants, il en est même un qu’elle fait exécuter dans la cour de son hôtel particulier tandis qu’elle assiste depuis la fenêtre de sa chambre à la décapitation. Venimeuse je vous disais la Margot, venimeuse.

Quand vous irez à la bibliothèque de l’hôtel de Sens, pour lire, pour flâner, pur visiter le musée, demandez où se trouve le fameux boulet de canon qui s’est logé dans un mur lors de la révolte des Parisiens, les trois glorieuses de juillet 1830. 

Le peuple de Paris se soulève contre la monarchie, c’est la chute de Charles X, remplacé par un roi plus libéral Louis Philipe il y aura plus de mille morts et l’hôtel de Sens a subi quelques dégâts. Plus tard, l’endroit servira gare pour diligence, et dans les années 1960, il abritait le jury de la chronique parisienne composé de journaliste bon ton !

Ouf ! à l’hôtel de Sens, bibliothèque Fornay, plus de saint Barthélémy, plus d’exécution sommaire, plus de révolution, plus de canonnade, que du Champagne, un Paris qui pétille, rue du Figuier, 4e arrondissement !

Mots clés: