La saga de Paris

Samedi et dimanche à 08h15

La statut du Lion de Belfort de Bartholdi, place Denfert-Rochereau
La statut du Lion de Belfort de Bartholdi, place Denfert-Rochereau © Getty - Franck Chazot - Gamma-Rapho

Auguste Bartholdi

Diffusion du mardi 24 décembre 2019 Durée : 2min

C’est un enfant de Colmar, Auguste Bartholdi, qui a offert à Paris quelques jolis cadeaux.

Ce fauve par exemple, place Denfert Rochereau, symbole de la résistance face aux Prussiens, œuvre du peintre et sculpteur Bartholdi. Et même si le Lion est une réplique réduite de deux tiers par rapport à l’orignal du territoire de Belfort, il n’en demeure pas moins le point de mire des Parisiens du XIVe comme le rappelait Michel Audiard avec une certaine espièglerie.

Le Lion de Belfort de Bartholdi rappelle donc l’héroïsme de deux colonels : Denfert Rochereau, héros de la guerre de 1870 et le colonel Rol Tanguy qui a participé activement à la libération de Paris en 1944. 

Mais revenons au génial Auguste Bartholdi et à sa fameuse statue de la Liberté, destinée comme on le sait aux Etats Unis. L’armature de la statue de la Liberté fut construite dans les ateliers Eiffel à Levallois-Perret et la rue de Chazelles dans le XVII arrondissement. Démonté, transportée, remontée et offert aux Américains en 1886. Ça c’est cadeau. 

Sil la Statue de la liberté éclaire le monde depuis l’île de Bedloe aujourd’hui Liberty Island à New York, il existe à Paris plusieurs modèles, une réplique de trois mètres au jardin du Luxembourg, deux autres à Orsay, au musée des arts et métiers et puis sur l’île au Cygne, en face de la maison de la radio, 11 mètre 50, un quart de sa grande sœur américaine mais qui fait la fierté des Parisiens, dixit Jacques Chirac, maire de Paris.