Toutes les émissions

La saga de Paris

Samedi et dimanche à 08h15

l'ïle Seguin
l'ïle Seguin © Maxppp - Olivier Corsan - Le Parisien

Des lavandières à la nouvelle Seine : la saga de l'île Seguin

Diffusion du dimanche 3 septembre 2017 Durée : 2min

La saga de l’île Seguin appelé au XVIIIe siècle l’île Madame commence avec Louis XV. Le roi propriétaire de cette l’île de 11 hectares et demi, située sur la Seine, entre Boulogne Billancourt et Meudon, crée une vaste entreprise de blanchisserie.

Ainsi les lavandières, belles de l’île, lavaient le linge royal avec fierté et fidélité au roi bien aimé. Le temps passe lentement sur l’île Madame comme les péniches sur la Seine. Un chimiste, spécialisée dans la blanchisserie, Armand Seguin, achète l’île à l’état et lui donne son nom.

Et c’est à partir de 1925 que l’île Seguin va connaître un essor phénoménal. Louis Renault, industriel de génie, implante son usine d’automobiles. Pendant près de 70 ans, des centaines de milliers de voitures sont assemblés : de la 2 cylindres au taxi de la marne, de l’estafette à la dauphine, de la 4L à la Renault 5 sans oublier la mythique 4 chevaux. L’île Seguin devient le symbole de l’industrie française automobile et en même temps le symbole du monde ouvrier et du syndicalisme. Le combat social est permanant entre le patronat et les syndicats. George Seguy en 1968 donne même des meetings chez Renault : forcément les ouvriers scandent Seguy à Seguin.

1992, c’est la fin de l’histoire Renault sur l’île. Après des années d’errance et de friches industrielles et des projets abracadabrantesques, l’île Seguin deviendra un centre européen de la création contemporaine avec entre autre, la Seine Musicale, un bâtiment en forme d'œuf dédié à la musique et à la danse moderne. Une dernière chose, de mémoire de Boulonnais et de Meudonnais et n’en déplaise à Alphonse Daudet, on n’a jamais vu une chèvre sur l’île de Monsieur Seguin.