La saga de Paris

Samedi et dimanche à 08h15

L'exil de Napoléon à Ste-Hélène par Jacques Onfroy de Breville (dit JOB) - 1908
L'exil de Napoléon à Ste-Hélène par Jacques Onfroy de Breville (dit JOB) - 1908 © Getty - Stéfano Bianchetti - Crobis Historical

La fondation Napoléon

Diffusion du samedi 7 septembre 2019 Durée : 3min

Avec Napoléon, méfions-nous ! Méfions de ne pas se lever un matin et d’avoir des envies d’envahir comme lui la Pologne, méfions-nous de son côté hussard, comme quand il a vu pour la première fois sa future femme Marie Louise d’Autriche à  Compiègne et qu’il dit à son aide de camp « c’est la seconde fois que je vais prendre Vienne ». Tout a été dit sur Napoléon et pour beaucoup, des choses fausses, des fake news comme on dit  de nos jours. Alors, direction la Fondation Napoléon 7, rue Geoffroy Saint Hilaire dans le 5e arrondissement de Paris. Là, il y a des historiens, des vrais -Thierry Lentz en tête-, qui disent toute la vérité, rien que la vérité sur Napoléon. 

L’histoire de cette fondation Napoléon est assez cocasse. Son existence est due à  Martial Lapeyre, l’empereur des portes fenêtres, des cuisines et des salles de bain en kit.

Lapeyre, au-delà de son métier d’industriel du bois, a une passion dévorante :  Napoléon. Si bien qu’à sa mort, il lègue sa fortune au souvenir Napoléonien avec pour  mission de créer une fondation qui aura pour but de découvrir ou redécouvrir le premier et le second empire et de mettre en valeur le patrimoine impériale. 

La fondation Napoléon du 5 arrondissement de Paris est présidée par Victor André Masséna, descendant direct du Maréchal André Masséna, Prince d’Essling, Duc de  Rivoli et fidèle à l’Empereur jusqu’à la première abdication de 1814. 

Fan de Napoléon ou simple curieux et pourquoi pas détracteur, une visite s’impose à la fondation Napoléon à Paris. 13 000 volumes sont à votre disposition, visite gratuite sur rendez-vous, pour savoir avec exactitude qui était cet homme. Vaste  sujet ! Militaire, despote, administrateur, visionnaire, amoureux de La France, de l’architecture et des arts en général, dixit Ludwig Van Beethoven.