Toutes les émissions

La saga de Paris

Samedi et dimanche à 08h15

Maigret (Gino Cervi) devant le 36 quai des Orfèvres dans Maigrt à Pigalle (1967)
Maigret (Gino Cervi) devant le 36 quai des Orfèvres dans Maigrt à Pigalle (1967) © Getty - Mondadori Portfolio Premium

Le Commissaire Maigret

Diffusion du samedi 5 janvier 2019 Durée : 2min

Déambulation entre fiction et réalité dans la saga de Paris avec le commissaire Maigret, alias son auteur Georges Simenon. Tout le monde connait Maigret, et même aux Etats Unis, en Angleterre, Italie, Espagne et Russie où ses enquêtes ont été adaptés pour la télé et le cinéma. 75 romans policiers, 28 nouvelles avec essentiellement pour toile de fond Paris, d’abord le 36, quai des orfèvres, la maison poulaga, les quartiers interlopes, Pigalle et Belleville, son appartement du bd Richard Lenoir qu’il partage avec madame Maigret et tous ces petits bistrots parisiens, les bougnats qui sentent bon la blanquette de veau, le pot au feu et son clou de girofle, ou un frichti des familles préparé dans une loge de concierge. Le commissaire Maigret aime avant le Paris populaire. 

Jules Maigret connait Paris comme sa poche. A 22 ans, il est agent cycliste, on est 1909, il a de grands moustaches. Il est ensuite flic chargé de la circulation dans les grands carrefours, à Opéra, à l’étoile, à la Concorde. Puis il gravit les échelons et à 45 ans, il devient le tout puissant commissaire divisionnaire, chef de la brigade spéciale, bref le taulier du 36, quai des orfèvres.

Ces responsabilités dans la police n’empêchent nullement le commissaire Maigret de mener personnellement ses enquêtes dans Paris et donc de fréquenter ses bistrots préférés et de se laisser aller à son penchant pour une tombée de vin blanc, un boc de bière, une fine à l’eau, un Gaillac authentique ou un calvados de paysan normand.  

Demain dans la saga de Paris, la suite avec le commissaire Maigret à Pigalle, à Picpus, à Neuilly, allant de l’élite à la pègre, traquant le crime autant chez les petites frappes que dans la grande bourgeoisie. Merci Maigret….