Replay du samedi 1 février 2020

La Tour Jean-sans-Peur

Tout a commencé en 1380 à la mort du roi Charles V

La salle du Trône (chambre de Jean sans peur) dans la Tour Jean sans peur à Paris
La salle du Trône (chambre de Jean sans peur) dans la Tour Jean sans peur à Paris - Mbzt - CC BY SA 3.0 - Wikicommons

Si vous avez une conversation ce soir dans un dîner en ville, à Paris ou en île de France avec des amis, vous allez pouvoir briller en disant que tout a commencé en 1380 à la mort du roi Charles V. 

Rien que ça, supprimer les impôts ! L’énorme mensonge ! Cela dit ça rappelle quelques politiques contemporains. Et donc, à la mort de Charles V, c’est son fils Charles VI qui accède au trône. Diminué mentalement, on l’appellera Charles le Fou. Et comme il a des difficultés à régner, les prétendants sont légions et notamment les ducs de Bourgogne, en vrac : Philippe le Hardi, Philippe le Bon, Charles le Téméraire et le peu fréquentable Jean Sans Peur qui désire par-dessus mettre la main sur Paris et le royaume de France, capito ? On rigole pas.    

Jean sans Peur assassine le frère de Charles VI le fou, provoque une guerre civile comme on n’en fait plus et arrive à ses fins, il s’installe à Paris et construit l’hôtel de Bourgogne d’un hectare détruit en 1477, on a une excuse, on peut l’avoir oublié. Seul subsiste une tour de garde à Etienne Marcel, la tour Jean Sans Peur, un des derniers vestiges de la fin du moyen âge à Paris. 

Bon conclusion, primo, Jean Sans Peur mais pas sans reproche aura perpétué pas mal d’assassinats et de massacres dans Paris. Deuxio : à force de jouer avec le feu, on se brûle, lui-même sera assassiné en 1419 par un d’Armagnac, le coup de l’étrier sis vous voulez. Tercio, Il est impératif d’aller visiter la tour Jean sans Peur, métro Etienne Marcel, du haut de ses 21 mètres, elle rappelle que le Paris du XVe siècle, peuplé de 200 000 parisiens, appartenait aux tous puissants ducs de Bourgogne. C’est peut-être pour ça que les Parisiens ne boivent pas beaucoup de Bordeaux ! Allez savoir.   

Mots clés: