Toutes les émissions

La saga de Paris

Samedi et dimanche à 08h15

Des gerbes de fleurs sont déposées devant le Mur des Fédérés au cimetière du Père Lachaise, à Paris, France le 28 mai 1946.
Des gerbes de fleurs sont déposées devant le Mur des Fédérés au cimetière du Père Lachaise, à Paris, France le 28 mai 1946. © Getty - Keystone France - Gamma-Rapho

Le mur des Fédérés est l'une des cicatrices intimes de Paris

Diffusion du dimanche 1 octobre 2017 Durée : 2min

Vous, Parisiens curieux de tout, qui avez l’habitude de visiter à sauts et à gambades les monuments parisiens, il en est un plus touchant que les autres, le mur des fédérés au Père Lachaise.

Heures tragiques de Paris, le 28 mai 1871, l’armée des Versaillais commandée par le maréchal Mac Mahon, futur président de la République, fusillent 147 fédérés, combattants de la commune libre de Paris dans l’enceinte du père Lachaise, au sud-est du cimetière, d’où ce nom, le mur des fédérés.

Chaque année le premier mai, les anarchistes, les syndicalistes, les maçons du grand orient, les communistes rendent hommage aux communards devant le mur des fédérés et la tombe de Jean Baptiste Clément auteur du temps des cerises, hymne de tous les communards et de tous les ouvriers. Une chanson mainte fois reprises dans le monde entier et qui a inspiré nombre d’artiste comme Michel Fugain, du temps du big bazar.

Le mur des fédérés au Père Lachaise a été classé monument historique en 1983. En 1871, 147 Français ont été tués par des Français pour étouffer la commune libre, ce qui fera dire à Victor Hugo : le cadavre est à terre mais l’idée est debout !