La saga de Paris

Samedi et dimanche à 08h15

Les Parisiens, soumis à des restrictions font la queue et meurent de faim en 1942
Les Parisiens, soumis à des restrictions font la queue et meurent de faim en 1942 © Getty - Keystone France - Gamma-Rapho

Paris sous l'occupation 18 - 1942, Paris mange son pain noir

Diffusion du dimanche 12 janvier 2020 Durée : 2min

La propagande diffuse à la radio des publicités pour éduquer les petits parisiens au rationnement.

1942, année noire pour les Parisiens, noir comme l’uniforme des SS, noir comme le marché et le pain qui manquent cruellement à la population.  Des livres de recettes sont publiés avec pour but d’économiser la  nourriture. Ainsi, un médecin Edouard de Pomiane écrit « cuisine et  restriction » qui devient un best-seller. La propagande s’en mêle et diffuse à la radio des publicités pour éduquer les petits parisiens au rationnement. 

Début  1942, l’équipe collaborationniste de Radio Paris engage Jean  Hérold-Paquis afin de muscler les discours collaborationnistes anti  juifs,  anti franc-maçon et anti anglais. Hérold-Paquis a trente ans, il est  journaliste, c’est un intellectuel de droite, extrémiste qui considère  le régime de Vichy comme trop mou.

Hérold-Paquis  pour ses diatribes sera fusillé en 1945 au fort de Chatillon. La guerre  est aussi celles des communiqués entre Radio Paris et Radio Londres.

Des  fausses et folles rumeurs font sensation à Paris, le général de Gaulle  aurait été tué dans les bombardements de Londres. Ses cendres auraient  été transférées secrètement par des espions anglais aux Invalides et  déposées à côté du tombeau de Napoléon.

Plus  véridique, cette citation du président Américain Roosvelt dont les  relations avec De Gaulle furent plus qu’ombrageuses ! "Comment voulez  que je fasse avec un homme qui se prend à la fois pour Jeanne d’Arc et  Napoléon !"