La saga de Paris

Samedi et dimanche à 08h15

La Milice française distribue les biens saisis au marché noir, en janvier 1943
La Milice française distribue les biens saisis au marché noir, en janvier 1943 © Getty - Keystone-France - Gamma-Keystone

Paris sous l'occupation 23 - Début 1943, la création de la milice

Diffusion du dimanche 23 février 2020 Durée : 2min

Leur programme est proche de la gestapo : arrestation, délation, rafle, torture.

En ce début d’année 1943 à Paris, c’est la création de la sinistre milice française, dont le rôle principal est d’en finir avec la résistance. Leur programme est proche de la gestapo : arrestation, délation, rafle, torture. Les chefs de la milice se nomment Pierre Laval et Joseph Darnand. 

Début 1943, toujours, à Paris, rue des Pyramide, Jacques Doriot du PPF, le  parti populaire français, ouvertement antisémite et anti communiste  mobilise ses militants. Le PPF tente, comme la milice de se militariser en créant la garde française, mais le projet n’aboutira  pas.

À Paris, tous ces groupes d’action, Milice et PPF en relation avec les  nazis recherchent activement plusieurs chefs de l’armée secrète dont le  général Delestraint, alias monsieur Vidal, qui sera arrêté quelques mois plus tard dans le XVIe arrondissement, au métro La Muette.  

Dans l’indifférence générale d’un Paris occupé, la grande danseuse Jane  Avril s’éteint à 75 ans, le 17 janvier 1943 dans son domicile du XVe  arrondissement, avec la Goulue, Jane Avril a fait les belle heures du moulin rouge et du french-cancan au début du siècle.   

1943, tout le monde est suspecté. Les grandes stars du cinéma ne sont pas  épargnées. Dans le journal collabo « je suis partout », l’immense comédien Harry Baur est accusé d’être juif.

Arrêté par la gestapo, il est torturé puis libéré. Epuisé, mutilé, il meurt dans son appartement du 9e arrondissement, Harry Baur, parmi les nombreuses victimes innocentes de la seconde guerre mondiale repose depuis au cimetière Saint Vincent de Montmartre.