La saga de Paris

Samedi et dimanche à 08h15

Adolf Hitler posant devant la Tour Eiffel le 23 juin 1940
Adolf Hitler posant devant la Tour Eiffel le 23 juin 1940 © Getty - Galerie Bilderwelt - Hulton Archives

Paris sous l'occupation 6 - Hitler est à Paris

Diffusion du dimanche 13 octobre 2019 Durée : 3min

Paris vit ses premiers jours de collaboration. Le Maréchal Pétain a fait don de sa personne à la France. « Je crois que ça été un succès » dit-il après son discours sur la radio nationale le 18 juin 1940. Peut-être, mais l’histoire retiendra pour plus tard l’allocution d’un général quasi inconnu diffusée depuis Londres sur la BBC, pas encore brouillée par les radars allemands.

L’exode est terminé, les Parisiens rentrent chez eux après une errance de trois semaines en Normandie ou dans le centre de la France. Ils découvrent un Paris vert de gris, où la tristesse s’agrippe aux grilles des jardins publics, les soldats allemands ont investi tous les lieux publics, l’occupant organise des soupes populaires comme sur la butte Montmartre.

On avance les aiguilles de soixante minutes des horloges et des pendules de Paris, sur les places, les façades, et les gares pour s’aligner sur l’heure de Berlin. Très vite, les premières mesures restrictives s’appliquent aux Parisiens. Tout est aux mains des Allemands. La propagande s’installe, la presse collaborationniste : Gringoire, Je suis partout et bien sûr Radio Paris. Document exceptionnel, un Allemand dans un français impeccable rassure les Parisiens comme si de rien ne n’était.

À Paris l’été 1940 est ensoleillé, excepté un petit matin orageux du 24 juin où Adolph Hitler visite une capitale déserte, entouré de tout un gratin de généraux.

« Un jour, Paris ressuscitera du calvaire présent » dira le général Delestraint, premier chef de l’armée secrète. Mais ce matin-là où Hitler sautillait de joie devant la Tour Eiffel, les Parisiens se muraient dans le silence. Mais qui de mieux qu’un poète pour décrire l’indicible  « Les yeux seuls étaient encore capables de pousser un cri ». René Char, alias le capitaine Alexandre.