La saga de Paris

Samedi et dimanche à 08h15

le 11 novembre 1940 la résistance n'est pas encore organisée ni armée mais elle commence à gronder
le 11 novembre 1940 la résistance n'est pas encore organisée ni armée mais elle commence à gronder © Getty - Hulton Deutsch - Corbis Historical

Paris sous l'occupation 8 - 1940, le premier acte de résistance à Paris

Diffusion du dimanche 27 octobre 2019 Durée : 3min

Paris est une grande mutilée en cet hiver 40. Les Allemands ont investi tous les lieux prestigieux de la capitale. Place de l’Opéra, la Kommandantur, Avenue Foch, rue des Saussaies et Lauriston, la redoutable Gestapo. Les Palace aussi sont réquisitionnés pour le confort des hauts gradés : le Meurice, le Lutetia et le Ritz où le Maréchal Goering a une suite à sa disposition.

A l’assemblée nationale désertée par les députés qui siègent désormais à Vichy, l’armée d’occupation organise un hommage aux soldats allemands tués en 14 / 18 ainsi qu’un hommage appuyé à leur Führer Adolph Hitler.

A Paris toujours, la résistance balbutie, le 11 novembre 1940, 3000 étudiants et lycéens manifestent devant l’arc de triomphe, ils commémorent l’armistice de 1918, des slogans fusent, on entend « vive De Gaulle », « vive la France ». Il s’agit là du premier acte de résistance durement réprimés par les nazis. Il y aura 15 blessés dont cinq graves. 

Très vite aussi les jeunes communistes se reforment au péril de leurs vies et comme le dit Odile Arrighi une responsable de groupe, ceux qui sont arrêtés sont déportés ou fusillés. 

1940 à Paris, le général Delèstraint, alias monsieur Vidal, n’est pas encore chef de l’armée secrète mais il dit tout dans cette phrase : « il faut se comporter en Français, et non avec une mentalité de chiens battus ou d’esclaves. Si nous savons vouloir, la France ressuscitera un jour, elle aussi, du calvaire présent. »