La saga de Paris

Samedi et dimanche à 08h15

L'attaque de Pearl Harbour
L'attaque de Pearl Harbour © Getty - Time Life Pictures - Departement Of Defense

Paris sous l'occupation 17 - Un début d’espoir pour ce début d’année 1942

Diffusion du dimanche 5 janvier 2020 Durée : 3min

« A Paris, tout le monde veut être acteur, personne ne se résigne à être spectateur »

L’entrée  des Etats-Unis dans le conflit en ce tout début d’année 1942, suite à  l’attaque de Pearl Harbour par l’empire japonais change la donne  internationale. De facto, l’Allemagne déclare la guerre à l’Amérique.  L’Angleterre et la France libre du général de Gaulle peuvent enfin  espérer. A Paris, la politique de rénovation morale et physique voulu  par le maréchal porte ses fruits. Les Parisiens se  mettent au sport tous azimuts. 

Jean  Borotra, grand tennisman d’avant-guerre est nommé secrétaire d’état au  commissariat général à la jeunesse et au sport. Maréchaliste convaincu,  impressionné par l’embrigadement des jeunes allemands, il impose l’idée  en France d’une morale liée au sport et à la discipline.  

Sur  Radio Paris, on promeut la littérature antisémite avec ce reportage  dans une librairie parisienne  Edouard Drumont, Chaumet, Courtine,  Boissel,  et bien sûr Louis Ferdinand Céline 

Plus léger, Jean Cocteau  dont on joue une pièce début 42 « la machine à écrire » au théâtre Hebertot dans le 17e arrondissement donne  une causerie sur Radio Paris et raconte son enfance à Maison Lafitte. 

Ni collabo, ni résistant, Jean Cocteau, peut-être un peu trop opportuniste pendant l’occupation dira « A Paris, tout le monde veut être acteur, personne ne se résigne à être spectateur »