La saga de Paris

Samedi et dimanche à 08h15

L'approvisionnement en farine d'un commerce sous rationnement à Paris en 1943
L'approvisionnement en farine d'un commerce sous rationnement à Paris en 1943 © Getty - Keystone-France - Gamma-Keystone

Paris sous l'occupation 23 - Paris au cœur de l'occupation

Diffusion du dimanche 16 février 2020 Durée : 2min

À Paris, L’heure officielle est bien celle de Berlin, voulu par le IIIe Reich

1943, la vie continue à Paris avec ces contraintes et ces espoirs. Un livre de philosophie connait un étonnant succès « l’être et le néant », écrit par Jean Paul Sartre. Le philosophe vit dans des petits hôtels à Paris avec Simone de Beauvoir. Ils occupent des chambres séparées au Mistral du côté du cimetière du Montparnasse. Le livre de Jean Paul Sartre fait 724 pages et pèse un kilo pile et fait office de poids pour peser les marchandises dans les épiceries.  

À Paris, L’heure officielle est bien celle de Berlin, voulu par le IIIe Reich, il y a une heure de décalage, à la gare de Lyon, on ne remet donc pas les pendules à l’heure mais on les rénove.  

Mais c’est à la gare de l’est qu’il y a le plus gros trafic ferroviaire, depuis le début de l’année 1943, le STO, le service du travail obligatoire est instauré. Les Parisiens nés en 1920, 21 et 22 prennent le train et iront travaille en Allemagne. 

Puis au début de l’année 1943, dans les cinémas parisiens sort le film « Forces Occultes », commandée par la propagande nazie. Le film est réalisé par Jean Mamy qui sera le tout dernier collaborateur fusillé après-guerre en 1949. Forces Occulte est une charge contre les franc-maçon et les députés d’avant-guerre. Le film est du reste tourné à l’Assemblée Nationale et au siège de la franc maçonnerie rue Cadet.  

Joseph Goebbels, ministre de la propagande, qui contrôle l’industrie cinématographique à Paris dira « Je veux qu’on ne tourne actuellement pour les français que des films légers, superficiels, divertissants, mais stupides... Le peuple français s’en contentera sûrement ! »