La saga de Paris

Samedi et dimanche à 08h15

Le président du conseil Paul Reynaud s'exprime à la radio
Le président du conseil Paul Reynaud s'exprime à la radio © Getty - Ullstein Bild

Paris sous l'occupation 4 - une défaite lourde de conséquences

Diffusion du dimanche 22 septembre 2019 Durée : 2min

Cette fois c’est la guerre. Le 9 mai 1940, au château de Vincennes, loin des réalités, loin du front, 500 officiers et 2000 militaires constituent le cœur du GQG -le Grand Quartier Général Français-, un seul  maître à bord, le général Gamelin.  

Dans la Meuse, l’attaque allemande commence. La percée est spectaculaire. En seulement 10 jours, c’est la catastrophe. Les chars Panzer, les avions Stuka, la détermination absolue des militaires allemands et de leur chef Hitler écrasent tout sur leur passage. Le maréchal Pétain dans un discours radiodiffusé en juin 40 dressera un triste bilan. Le Héros de 14 n’hésitera pas à comparer 14/18 à cette drôle de guerre. 

L’armée Française est disloquée, le 10 juin 40, le gouvernement quitte Paris pour Bordeaux. Paul Reynaud, Président du conseil, parle librement pour la dernière fois sur Radio PTT et radio Tour Eiffel qui couperont leurs émetteurs juste après l’allocution.    

C’est la débâcle, c’est l’exode. Sur les deux millions huit cent milles Parisiens que comptent la capitale, les trois quart, deux millions s’enfuient, pour aller où, pour faire quoi ? Tout le monde l’ignore.

Paris vit le plus grand choc de son histoire. La capitale est déclarée ville ouverte, abandonnée à l’armée allemande. La résistante Germaine Tillion l’écrira dans ses mémoires : je traversais Paris à bicyclette, dans un silence de plomb, pas un souffle, pas une porte qui claque, c’était le silence de Pompéi après l’éruption.