La saga de Paris

Samedi et dimanche à 08h15

Fernandel dans un film de 1953
Fernandel dans un film de 1953 © Getty - Ullstein Bild

Paris sous l'occupation 16 - La police française sous l'occupation

Diffusion du dimanche 29 décembre 2019 Durée : 3min

Fernandel est une des grandes vedettes sous l’occupation. Il faut bien vivre et continuer à travailler.

Cette toute fin d’année 1941, la résistance s’organise petit à petit à Paris.  Les occupants Allemands redoublent de vigilance et demandent à la  police française de réquisitionner toutes les armes de la guerre de 14 ou de chasse. Tous les Parisiens déposent en gendarmerie ou dans les  mairies d’arrondissement des pistolets, revolvers et autres fusils. Les  contrôles d’identité deviennent systématiques  et surtout quand on est juif. Fonctionnaires, policiers et gendarmes  français exécutent les ordres, pour certains sans déshonneur et pour  d’autres  sans gloire. 

Fin 41 toujours, l’armée allemande construit un long tunnel sous le parc de Saint Cloud et y dépose un stock colossal de torpilles et de bombes, de quoi faire sauter toute la banlieue ouest.

Fernandel est une des grandes vedettes sous l’occupation. Il faut bien vivre et  continuer à travailler, le comique préféré des Français tourne pour la Continental, firme cinématographique financée par l’occupant, côté chanson, Fernandel remonte le moral des Parisiens et ses succès sont diffusés sur Radio Paris.  

Un autre grand comique, bientôt plébiscité par toute la France, fait ses  débuts à Paris dans des petits cabarets. Bourvil a 24 ans en 1941. Comme  Fernandel qu’il admire, il joue la comédie et il interprète des  chansons légères.

La  bicyclette est devenue le moyen de transport obligatoire des Parisiens  et cette fin d’année 1941, le coureur cycliste Albert Goutal devient  champion de France sur route de la zone occupée. Goutal qui fête sa  victoire dans son club à Etampes dans l’Essonne.